Next

Cameroun: Le Capam rétrocède 224 kg d'or à l'État

Cameroun: Le Capam rétrocède 224 kg d'or à l'État

Mais, l’organisme dispose encore de 114 kg d’or fondu qui attendent aussi d’être mis à la disposition du Minfi. Ce qui portera le stock à 338 kg d’or.

En toute discrétion, le Cadre d’appui et de promotion de l’artisanat minier (Capam) a remis au ministère des Finances (Minfi) une quantité de 224 196 grammes d’or en lingots. Soit 224 kg du précieux métal issus de la canalisation en deux ans, soit entre 2015 et 30 septembre 2016, révèle l’organisme sur son site internet. L’opération de rétrocession de l’or consiste à peser chaque lingot, en vue de confronter les poids déclarés par le Capam avec ceux obtenus séance tenante. Par ailleurs, le bras opérationnel du ministère en charge des Mines dispose actuellement de 114 kg d’or fondu qui attendent d’être rétrocédés au Minfi. Ce qui portera tout le stock à 338 kg d’or. Calculé à 185 00FCFA le gramme d’or, c’est-à-dire au cours actuel, c’est un équivalent d’environ 8 milliards de FCFA que la structure que dirige Jean Marcel Essomba aura rétrocédé au ministère des Finances. Ce n’est pas

la première fois que le Capam rétrocède à l’État, à travers le Minfi, une quantité importante d’or. En 2012 et 2013, le Capam avait respectivement rétrocédé 36 884,5 gr d’or et 31 760,31 gr d’or au Minfi. Une opération similaire s’est déroulée le 22 janvier 2015 dans la salle de conférence de l’instance. Ce jour-là, 183 lingots d’or d’un poids de 33 080,21 grammes avaient été remis au ministère des Finances, soit vingt deux lingots d’or d’un poids de 2 021,90 grammes issus de la canalisation entre le 30 octobre 2013 et le 14 juin 2014. Mais également 148 lingots d’un poids total de 12 065,40 grammes canalisés du 14 juin au 31 décembre 2014, sur la base de la dotation du milliard du Minfi. Et enfin, 13 lingots d’or d’un poids total de 18 992,91grammes issus du prélèvement de 15% des quotes-parts de l’État de la production des sociétés engagées dans l’exploitation artisanale peu mécanisée. Les pesées ont été faites à l’aide de la balance Mettler Toledo Pr 5002 Delta Range maxi 5100 gr. Les 15% de la production totale brute prélevés auprès des sociétés engagées dans l’exploitation artisanale peu mécanisée au titre des parts de l’État sont répartis ainsi : 70% pour l’État, dont 40% directement stocké au Minfi sous forme d’or matière et 30% pour la poursuite de la canalisation de l’or dans les circuits formels par le Capam ; 10% pour l’appui au fonctionnement des équipes de collecte ; 10% pour les projets destinés aux populations riveraines et 10% pour la prise en charge du Comité de suivi d’exploitation artisanale mécanisé. Rappelons que le sous-sol camerounais est abondamment riche. On y trouve un peu de tout. Le pays, sans être une grande puissance minière de dimension mondiale, recèle dans son sous-sol d’une gamme relativement importante de ressources dont l’exploitation pourrait apporter un coup de fouet à l’économie. Bien plus, le gouvernement camerounais, en collaboration avec les instances de renommée internationale comme le PNUD et le Bureau de recherches géologiques et minières (Brgm), a mené des études pour retracer le potentiel minier camerounais. L’expérience a duré de 1960 à 1990. « Les résultats de ces études, de même que les 167 permis de recherche déjà octroyés à ce jour, démontrent les richesses du sous-sol camerounais. Mais, les données minières jusqu’ici disponibles ne concernent que 50% du territoire national, d’après le ministère en charge des Mines » constate le capam.

Christian Happi

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires