Next

Cameroun - Extrême-Nord: 160 enseignants dans la nature

Cameroun - Extrême-Nord: 160 enseignants dans la nature

Pour la plupart, ces professeurs absentéistes justifient de frauduleuses attestations de présence effective au poste.

Ils sont au nombre de 160, les professeurs des lycées et collèges des Enseignements secondaires affectés dans les 374 établissements de l’Extrême-Nord qui ont déserté leurs postes.
Le ministre des Enseignements secondaires, dans un communiqué rendu public le 30 mai 2018 enjoint ces professeurs, adeptes de l’école buissonnière à rejoindre leurs postes de travail « faute de quoi des mesures disciplinaires y afférentes seront engagées à leur encontre conformément à la réglementation en vigueur ».
Il convient de relever que les pouvoirs publics ne cessent de mettre à la disposition de la région de l’Extrême-Nord les ressources humaines nécessaires devant permettre d’améliorer l’offre en éducation.
La création de l’Ecole normale supérieure de Maroua va dans cet ordre d’idées. Or dans la plupart des cas, les enseignants envoyés dans l’Extrême Nord cherchent immédiatement une affectation hors de la région une fois l’immatriculation à la Fonction publique obtenue.
Très souvent, c’est avec

Likebets
la complicité des responsables d’établissements qui, hélas, leur délivrent des attestations de présence effective au poste.
En visite de travail dans la région de l’Extrême-Nord dans le cadre de la supervision des examens du baccalauréat de l’enseignement général et des examens du ‘’GCE Board’’, Boniface Bayaola, le secrétaire d’Etat aux Enseignements secondaires chargé de l’Enseignement normal a, au cours d’une séance de travail avec la communauté éducative et les autorités administratives fustigé le comportement des chefs d’établissements souvent complices de la désertion des salles de classe par les enseignants, surtout ceux en début de carrière.
On peut aisément comprendre la dégradation des résultats des examens de l’Office du Bac où l’Extrême-Nord conserve la dernière place depuis une décennie.
A côté de cette désertion des salles de classe par les enseignants, il y a le problème d’actes de naissance qui plombe l’éducation dans cette partie du pays. Un phénomène qui mérite un intérêt, tant du côté des parents que pour l’administration qui doit faciliter l’obtention de cette pièce cardinale.


Patrice MBOSSA

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac