Next
Sport Pari 1xbet

Cameroun: Le Ndé bourde Niat NJifenji Marcel, président du sénat

Cameroun: Le Ndé bourde Niat NJifenji Marcel, président du sénat

Le président du sénat a été obligé d’importer les militants des autres départements pour meubler le meeting des sections Rdpc du Ndé organisé pour remercier Paul Biya.

Le Meeting de remerciement à S.E.M Paul Biya pour la réélection de Niat Njifenji Marcel à la tête du Sénat, masqué sous celui de soutien et d’appel à Candidature de Paul Biya pour attirer les militants du Ndé, tenu le 02 Juin à Bangangté n’a pas rempli la promesse des fleurs dans ses options de réconciliation, de Paix , d’animation du Rdpc , d’expression des populations du Ndé, et de mobilisations des militants du RDPC et encore moins l’enthousiasme des populations. Dans une atmosphère lourde, les messages délivrés n’ont pas été salués comme on sait le faire dans le Ndé lors des grands évènements
Le meeting qui se voulait fédérateur de toutes les forces vives du Ndé au premier chef et de toute la région en général a permis aux participants et à tous les invités de comprendre qu’à ce jour, Niat Njifenji Marcel n’est pas un motif de mobilisation

ou de fierté des fils et filles du Ndé. L’ayant compris, les organisateurs ont vite fait de solliciter le secours des autres sections Rdpc de la région tout entière pour laisser croire que le Ndé était véritablement mobilisé pour Niat Marcel.






Quand ça chauffe de l’intérieur …
Selon nos sources, la permanence du parti Rdpc de Bangangté avait fait sa grande toilette pour recevoir les militants après le meeting de ce 02 Juin. Mais, convaincu de ce que les militants de Bangangté malgré les moyens mis à disposition, et les rafraichissements garantie étaient décidés à exprimer leurs déceptions à l’occasion de meeting, le comité d’organisation s’est à nouveau planté en important les militants de Bafoussam, Baham, Bamougoum ..etc
« On verra si le jour de vote, ce sont ces gens qui viendront voter ici » déclare un militant de la section du Ndé-nord au moment où l’imprésario parle de forte mobilisation des militants du Ndé. En réalité, Bangangté, ce 02 Juin 2018, ressemblait à une ville assiégée par des « inconnus » venus justes pour remplir une formalité de Présence contre forte prime. Tôt le matin ce sont des charters sortant des autres départements qui remplissaient la place des fêtes.


Les invités et les interrogations
Les militants des différentes sections que compte le Ndé, ont eu du mal à s’identifier à ce meeting comparable à une concert d’exhibition et démonstration de force dans un contexte et un environnement où les regards sont tournés vers la pardon, la paix, la cohésion et la fédération des forces pour le développement du Ndé.
« Comment veut-on nous convaincre de dire que Niat est digne de respect … et qu’il œuvre pour nous… » Souligne un conseiller municipal parti de Bazou, pour ce meeting. En effet, il se dit dans le Ndé que le président du sénat en 5 ans, a été très loin de la base, et s’est donné pour sport favori le combat et le blocage de toutes les actions pouvant empêcher son rêve de voir son fils Eric Niat et ses partenaires de prendre les commandes des organes politiques et des fonctions électives dans le Ndé.
L’absence du Roi des Bangangté Nji Moluh Seidou Pokam aura été le véritable facteur de démobilisation des populations de Bangangté : «… Quand je constate que le chef Bangangté n’est pas là, je comprends que rien de sérieux et de vrai ne pourra se faire ici … » c’est un extrait d’une déclaration d’un président d’association culturelle qui a préféré suivre l’évènement à la télé dans un Bar ‘’ouvert par la petite porte’’.


Le meeting et l’ambiance
Des militants en rangs dispersés et éparses avaient l’air d’avoir, pour certains, été obligé de porter la tenue du parti. En fait, ce sont les militants du Ndé au premier chef qui devaient porter cette cérémonie pour démontrer leurs adhésions et leurs militantismes à toutes les autres délégations venues de la région de l’Ouest. On avait plus l’impression de vivre une cérémonie de regroupement des associations villageoises de l’Ouest Cameroun plutôt qu’un engagement politique des militants venus dire merci au Président de la République pour le choix porté au Président du Sénat et manifester ainsi sa ferveur militante dans son soutien aux prochaines échéances électorales. Pour mieux colorer ce manquement et démontrer la désapprobation sur l’approche des organisateurs qui ont voulu imposer leurs avis, et marquer des passages en force, un militant fera le rapprochement entre l’organisation de la fête du 20 Mai dernier et ce meeting. Il laissera entendre à cet effet que « tous les militants du département du Ndé sont tous derrière le Président de la République pour sa vision de développement et la démocratie qui crédite notre pays d’un climat de paix de stabilité malgré quelques soubresauts connus dans le grand nord et les zones dites anglophone. Ici dans le Ndé, les militants sont avertis sur les manipulations qui tendent à semer le trouble dans notre démarche. Et quand des gens veulent utiliser des positions dominantes pour nous imposer leurs points de vue, on les laisse faire. C’est ce qui est conséquence de l’absence des militants en nombre dans cette cérémonie. Et je vous rassure que la mobilisation des militants du RDPC le 20 Mai dernier valait deux ou trois fois tout ce qu’on voit ici aujourd’hui ».
Du beau monde, on n’en avait dans la tribune. Les membres du gouvernement, des honorables députés, des sénateurs, des maires et conseillers municipaux, des dépositaires du pouvoir traditionnel, et bien d’autres. Mais seulement, dans les différents discours délivrés, l’on n’aura pas senti adhésion des participants puisqu’aucun discours n’a été véritablement applaudi. Et même dans le cadre de l’animation, ce n’est pas ce qui a toujours été connu lors des grands rassemblements dans cette communauté.
Il est à noter ici que, si l’on a voulu donner de la couleur à cette cérémonie par le déploiement des étudiants tenant les drapeaux, il est clair que le nombre de pancartes désignant les associations étaient conditionnés au perdiem promis. Et du coup, certains militants se sont donné des options de la tenue des associations villageoises. Ce n’est qu’à la fin qu’on sera informé par Evéline Nan, vice-présidente de l’Ofrdpc que Célestine Ketcha Courtès, la présidente de l’Ofrdpc et maire de Bangangté est en mission à l’international .


Le jeu trouble des chefs
Selon des informations recoupées, un mauvais vent augurait la bonne tenue de cette cérémonie par ce qu’à la veille, il aurait fallu des tripatouillages pour voir les différents Rois des communautés allés à la rencontre de l’homme du jour. Un accident est même survenu sur le parcours du gouverneur de la région ou un moto taximan a été violemment percuté. Et l’absence du Roi des Bangangté a été constatée par plusieurs participants, et même d’autres Rois venus des départements voisins.
Les connaisseurs du microcosme politique du Ndé ont vite remarqué qu’en dehors des VIP installés au premier et deuxième rang dans la tribune et sous les tentes et non natives de Bangangté pour la majorité, il ne restait plus que le cercle des instigateurs et flagorneurs de la journée. Les chefs supérieurs du Ndé ont véritablement eu du mal à accomplir leur mission. Dans un discours sans bilan, sans élément de reconnaissance et sans témoignage réel, ils ont plongé les participants dans un nuage opaque.


Les discours et Messages …
Du représentant des maires, au chef de délégation permanente du Comité central à l’Ouest, en passant par le Président de la section RDPC, le représentant des chefs traditionnelles, des élites, et du Président du Sénat, l’atmosphère était empreinte d’une certaine lourdeur. Et comme disait un ressortissant du Haut-Nkam vivant à Bangangté « nous assistons à une cérémonie ou certaines personnes sont venus remplir des formalités de présence effective, sans pouvoir communier avec l’esprit qui a guidé la tenue de cette cérémonie. S’il faut donner des statistiques ici, je dirais que les militants du RDPC représentant le Ndé ici sont à 1%. Les associations exerçant ici dans le Ndé 30% et le reste ce sont charters venus des autres départements de la région. Il y a une crise qu’il faut juguler ici pour mettre toutes les forces vives dans la même option du vivre-ensemble ».
Au nom des élites, Jean Claude Mbwentchou se contentera de laisser voir qu’il y’a au sein du Rdpc dans le Ndé des personnes à combattre, le porte-parole des présidents de section commencera son discours en reconnaissant que le meeting est très ‘’froid’’, avant de remercier les sous-préfets qui ont assuré la mobilisation. Le porte-parole des Maire ne sera pas capable de citer une action du président du Sénat Niat en faveur du développement local ou en accompagnement des collectivités local décentralisées dont ils ont la charge ; Le chef de délégation permanente du Rdpc, évitera le débat de la valeur réelle, de la popularité ou encore des relations entre Niat et le Rdpc au niveau de Bangangté, pour entrer dans le débat diplomatique marqué par les déclarations de l’ambassadeur des USA, et la crise anglophone.


Il y’a Espoir mais il y’a à faire
Il est urgent que certaines choses soient recadrées et remises dans l’ordre normal du respect des échelles de valeurs dans la nomenclature politique dans ce département. Ce meeting de soutien et de remerciement au Président de la République chef de l’Etat selon les banderoles n’était pas décerné au Président National du RDPC mais visait à montrer au Chef Bangangté qu’on essaie de faire arrêter qu’il n’est rien. Paul Biya mériterait un meeting de soutien grandeur nature des militants du département Ndé. Pas ce qui a été démontré le 02 Juin dernier.
Le culte d’action de grâce organisé sous le même prétexte à la paroisse EEC de famgo’o a clairement démontré que les populations du Ndé ne sont pas prête à se mobiliser pour le président du Sénat. En dehors de quelques personnalités et élites de Douala et Yaoundé membre du gouvernement et prestataires de services pour la plupart, le préfet du Ndé et le sous-préfet de Bangangté n’ont eu droit qu’à la présence du Chef Bangoua. Aucun autre chef supérieur, ou même chef de 3eme degré n’a fait le déplacement. Selon un ancien d’église « plusieurs fidèles ont même préféré ne pas venir pour le culte de ce dimanche à cause de la cérémonie introduite dans le culte de ce jour pour Marcel Niat ». Pour dire merci à Dieu, le président du sénat a tout de même offert un agapè aux fidèles présents ce dimanche et un buffet à sa résidence sur invitation.


Shialé NAGHA

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac