Next
Sport Pari 1xbet

Cammeroun: Le BIR libère trois otages dans l'Adamaoua

Cammeroun: Le BIR libère trois otages dans l'Adamaoua

Ils avaient été enlevés dans la nuit du 10 au 11 mai dernier. «Depuis le jour de l’enlèvement de mon fils, mon téléphone n’a cessé de sonner.

Ces gens m’appelaient à chaque instant au point où j’étais même déjà fatiguée de leur dire que je n’ai pas d’argent. Toutes les fois qu’ils m’appelaient c’était pour me demander de leur envoyer deux millions afin que mon fils soit libéré. Je ne savais pas qu’entre temps le BIR avait déjà cette information. Dieu merci que mon fils et ses deux amis ont retrouvé la liberté sans la moindre égratignure. Je dis mille fois merci au colonel, le patron du BIR de l’Adamaoua».
Ces mots sont ceux de madame Aïssatou Néné, mère de l’ex otage Aboubakar Goni. En effet, dans la nuit du 10 au 11 mai 2018, Aboubakar Goni 34 ans, Hamza Bouhari 24 ans et Youssoufa Aboubakar 22 ans, tous trois orpailleurs dans le parc du Faro, avaient été enlevés par six malfrats lourdement armés. «Sur moi, j’avais la somme de 100.000Fcfa et 5g d’or d’une valeur

de 75.000Fcfa. Après avoir pris cela, ils ont demandé que je dise à ma famille d’apporter 1,5 million Fcfa. Le même montant a été exigé pour Hamza Bouhari après avoir vidé ses poches des 35.000Fcfa qu’il avait sur lui.
Chez Aboubakar Goni, ils ont pris les 14.000Fcfa qu’il avait et 16g d’or d’une valeur de 240.000Fcfa et ont par la suite demandé 2 millions de francs comme rançon», raconte Youssoufa Aboubakar, un des trois ex otages remis à leurs familles hier mardi 15 mai 2018. En effet, la libération de ces trois otages par le 5e Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) a été effective grâce à une campagne de ratissage dans le parc national de la Bénoué. Cette campagne qui a débuté le 08 mai s’est achevée le 14 mai 2018.
Ainsi, pendant une semaine dans cette vaste étendue de forêt, les éléments du 5e BIR qu’accompagnait le chef, le lieutenant-colonel Désiré Maidouang, ont eu droit à deux accrochages avec les malfrats. Le premier a eu lieu le 10 mai dernier et a abouti à la récupération d’une arme de traite, quelques munitions et quelques armes blanches. Le second accrochage qui a eu lieu le 11 mai 2018 a permis de libérer trois otages. Toujours au cours de cette opération, plusieurs troupeaux de boeufs qui occupaient illégalement le parc, ont été mis à la disposition du conservateur du parc après que plusieurs bergers ont été interpelés.
Les riverains du parc souhaitent d’ores et déjà que ce type d’opération se poursuive. Ce n’est que de cette manière que ce parc national de la Bénoué qui aiguise l’appétit des braconniers et autres preneurs d’otages sera plus que jamais sécurisé.


Francis Eboa

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac