Next

Cameroun - Atanga Nji: «Les terroristes ont franchi le seuil de la tolérance. Ils n'auront jamais les moyens de combattre un Etat»

Cameroun - Atanga Nji: «Les terroristes ont franchi le seuil de la tolérance. Ils n'auront jamais les moyens de combattre un Etat»

«Les terroristes ont franchi le seuil de la tolérance. Ces terroristes sont dans une aventure sans lendemain. Il faut qu’ils le sachent. Le Cameroun est un et indivisible. Ils n’auront jamais les moyens de combattre un Etat».

Le ministre de l’administration territoriale a fait cette déclaration à l’occasion de la réception de quatre des sept chefs traditionnels enlevés puis libérés par les sécessionnistes dans la région du Sud-Ouest.
Dans une interview diffusée au journal de 13 heures du Poste national de la CRTV le ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji a expliqué qu’en les recevant à Yaoundé, il tenait à apporter le message de réconfort du chef de l’Etat à quatre des sept chefs traditionnels enlevés puis libérés au Sud-Ouest ces derniers jours par des combattants sécessionnistes. « N’oubliez pas que le chef de l’Etat c’est le fon des fons dans le Nord-Ouest. Donc il a été très touché quand il a appris que les chefs traditionnels ont été kidnappés dans la région du Sud-Ouest. 8 chefs traditionnels au total. Et quand ils ont été kidnappés le chef de l’Etat a instruit les autorités de tout

mettre en œuvre pour libérer les chefs traditionnels », a fait valoir le ministre avant de poursuivre : « le président de la République a fait du Cameroun un pays de paix et de liberté. Les Camerounais aiment la paix et la tranquillité. Donc il était question maintenant d’encourager les chefs traditionnels. Ils ont bravé la peur. Ils ont vaincu les intimidations et aujourd’hui ils ont été libérés ».
Il dit avoir assuré au maire de Buea qui a amené les chefs que la lettre destinée au chef de l’Etat lui sera transmise. Il a ajouté qu’il faut qu’ils sachent que le président Paul Biya est avec eux, les soutient et que le désordre ne passera pas. « Que les Camerounais rejettent la violence, que les Camerounais condamnent les activités des terroristes. Les Camerounais condamnent les sécessionnistes », a-t-il illustré, citant le chef de l’Etat camerounais qui a souvent proclamé que « le Cameroun est un et indivisible ».
Paul Atanga Nji déclare que « nous vivons dans un pays où les gens peuvent librement exprimer leurs doléances ». Il rapporte que les chefs traditionnels ont admis que le chef de l’Etat est allé au-delà de ce que les enseignants et les avocats réclamaient et que par conséquent rien ne peut justifier les actions terroristes.
Il dénonce l’action des séparatistes accusés d’avoir passé à tabac l’un de leurs otages et les défie en ces termes : « Les terroristes ont franchi le seuil de la tolérance. Ces terroristes sont dans une aventure sans lendemain. Il faut qu’ils le sachent. Le Cameroun est un et indivisible. Ils n’auront jamais les moyens de combattre un Etat ».
Selon lui, les auteurs d’atrocités sont une infime minorité. Il fait savoir que ceux qui sont à l’étranger et qui les encouragent sont en train d’être traqués. « Nous avons réussi à ce jour à identifier clairement les sources de financement. Le moment venu la justice va se prononcer », annonce-t-il non sans saluer l’action du maire de Buea Patrick Ekema Esunge, présenté comme un « Camerounais patriote ».

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac