Next
Sport Pari 1xbet

Cameroun: Où en est le projet du câble sous-marin ?

Cameroun: Où en est le projet du câble sous-marin ?

Cette infrastructure censée stabiliser la bande passante, pourrait être inaugurée d’ici septembre 2018.

Le Cameroun a amorcé depuis août 2016, un projet de pose d’un câble sous-marin entre Kribi et la ville de Fortaleza au Brésil. D’une longueur d’environ 6000 km, l’infrastructure en question est dotée d’une capacité à la mise en service de 32 Terra octets (To) et d’une capacité initiale de 1,4 To. Dénommée « South Atlantic Inter Link » (SAIL), elle sera la première du genre à relier l’Afrique centrale et de l’Ouest avec l’Amérique du Sud. Ce projet porté par la Cameroon Telecommunications (Camtel) et la China Unicom, devrait être réceptionné d’ici le mois de septembre prochain.
A ce jour, plusieurs étapes ont déjà été franchies. Il s’agit des études de faisabilité, d’impact environnemental et géotechniques ; la fabrication du câble et des équipements de relai, ainsi que les tests de qualification des liaisons de transmission. Actuellement, l’embarquement du câble dans le bateau-support est en cours et devrait s’achever

dans environ deux semaines.
Par ailleurs, les négociations se poursuivent avec la Guinée Equatoriale pour l’obtention des permis sollicités, lesquels sont un préalable à la traversée de cette infrastructure sur les eaux territoriales du pays d’Obiang Nguema. C’est Huawei Marine Networks, le partenaire technique de ce projet, qui est en charge de ces négociations.
A Kribi, des travaux de génie civil urbain sur un linéaire d’environ 2km sont achevés et n’attendent plus que d’être réceptionnés. La construction de la station d’atterrissage est également en voie d’être bouclée. Pour mener à bien ce projet, le Cameroun entend profiter pleinement de l’expérience acquise lors de la construction d’un premier câble qui le relie au Nigeria.


Bande passante
D’après les statistiques de Camtel, le Cameroun a enregistré une forte croissance de la consommation de la bande passante internet, sur les trois dernières années. Celle-ci s’élève à 140%. Par ailleurs, en mai 2017, une étude de Jumia révélait que le taux de pénétration internet était passé de 11% à 21% entre 2011 et 2016 dans le pays. Une performance rendue possible notamment grâce à la démocratisation du smartphone. Toutefois, il persiste un problème d’instabilité de la bande passante.
La construction d’un câble sous-marin à fibre optique entre le Cameroun et le Brésil est une esquisse de réponse à ces limites. Le projet évalué à 280 milliards Fcfa, permettra en effet d'élargir les liaisons de communications internationales et leur bande passante, réduire la latence du réseau, promouvoir le développement des entreprises de haut débit universel au Cameroun et former un trajet de sauvegarde à distance pour une éventuelle reprise après sinistre, grâce aux ressources sous-marines.
Au plan économique, cette infrastructure permettra une augmentation des investissements directs étrangers à travers l’installation des centres de traitement de données (Datacenter) et des centres d’appels (Call Center) ; l’hébergement des services et applications numériques de premier rang notamment les OTT (Over The Top) fournis à partir des États-Unis ou encore la construction des hubs et des téléports des systèmes à satellites offrant le transit IP.


Lucien Bodo

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac