Next

Cameroun: Dominique Atsama, la guitare dans l'âme

Cameroun: Dominique Atsama, la guitare dans l'âme

L’artiste chanteur guitariste vient de commettre son premier album, sous le titre « balade », un opus où  le classique se  mêle à l’ekang.

Ceux qui avaient pris part à la soirée dédicace le 10 février dernier à la Fondation Solomon Tandeng Muna,  en garde encore de très bons souvenirs. L’artiste qui n’était pas nouveau aux yeux de plusieurs avait enflammé le grand public par l’originalité de son concept : « le Finger Ekang ».  Cette nouvelle technique de jeu, est uneimpeccable symphonie où l’artiste fait appel aux sonorités du peuple  de la forêt(ekang) qu’il accompagne d’une guitare dont il en fait  tout un orchestre(basse, solo , percussion). Son look d’afro musicien, l’agilité de ses doigts, et la fluidité de sa voix, le tout mélangé au rythme de la forêt donne un tempo assez particulier à son art. Il tire son inspiration de la réalité quotidienne et parfois puise de quoi nourrir sa musique chez les autres. De Jailer de la Nigériane Asa, en passant par Happy de l’américain Williams Pharel, l’artiste ajoute une

audacieuse rythmique reposante qui  donne l’allure d’un style musical cosmopolite. Dans son titre phare :« finger ekang », le sublime  de la voix, le rythme de la caisse, les grincements harmonisés des cordes et les intonations de l’Ewondo sa langue maternelle, ont fait dire à Donny Elwood que son cadet dans l’art a opté pour« une musique hautement spirituelle ». Dans son album de 07 titres, l’artiste jette  un regard panoramiqueautour de lui.Son coup d’essai se nourritdu Ndolé, de la Sauce jaune ou du Bongo Tchombi, des mets dont le guitariste qui se vante de maitriser la culture camerounaise aime bien à déguster. Cette musique répond à ses propres aspirations selon lesquelles«  il faut être loyal malgré nos différences »

Marche
Né à Yaoundé, capitale du Cameroun, le petit « Patou » est le 7e d’une fratrie de 9. Il passe son enfance entre Yaoundé et la petite bourgade d’Akono où, inscrit au Collège Stoll à l’âge de 11ans, se familiarise avec la musique. Ses proches parlent d’un petit garçon posé, taciturne qui aimait le football. De la classe de 5e à la classe de terminale, il  remporte huit fois consécutivement le prix de meilleur guitariste, du  concours de guitare classique organisé par l’Aguimucla(l’association pour la gestion de l’univers et des intérêts de la musique classique). En 2009, il gagne  le concours de la guitare Bass et est choisi pour accompagner la Chorale 500 qui doit chanter à l’occasion de la visite du Pape Benoit XVI au Cameroun.  Dominique Atsama semble bénéficié d’un héritage musical atavique aussi bien du côté de son père que du côté de sa mère. Son grand-père paternel et son oncle maternel sont desvirtuoses du balafon.Son grand frère qui l’accompagne d’ailleurs dans cet album, n’en est pas moins un pour lesaxophone. Lui-même jouit d’un exceptionnel talent qui a fait dire à un diplomate venu en Afrique pour la première fois qu’« il n’imaginait pas quand Afrique on pouvait jouer aussi bien à la guitare ». Bien qu’inscrit à l’Université,  il passe la majeure partie de son temps à jouer dans les clubs et se produit au côté des ainés comme  Simon Messanga, DonnyElWood. Il est le seul artiste choisi en 2016 pour accompagner le célèbre Thibaut Cauvin dans un concert que celui-ci donne à l’IFC( Institut Français du Cameroun) de Yaoundé. Pendant ce temps, il est déjà en train de préparer son album qu’il rend public en janvier 2017. L’artiste entend lancer une tournée nationale dans les prochains jours. Dominique Atsama a toujours fait le rêve d’une vie en guitare. Un rêve qui chaque jour devient réalité.

Joseph Essama

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires