Aide financière: Comprendre le type de crédit accordé au Cameroun

Le taux d’intérêt des financements accordés dans le cadre de la facilité élargie de crédit était de 0 % jusqu’à fin 2016, avec un différé d’amortissement de cinq ans et demi et une échéance maximale de dix ans.
La facilité élargie de crédit (FEC) fournit une aide financière aux pays qui connaissent des difficultés prolongées de balance des paiements. Exactement ce qui arrive au Cameroun et les autres cinq pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). La FEC a été créée comme guichet du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (fonds fiduciaire RPC), dans le cadre d’une réforme plus large visant à assouplir le soutien financier du FMI et à mieux l’adapter aux besoins divers des pays à faible revenu, notamment en période de crise. La FEC est le principal outil dont dispose le FMI pour apporter un soutien à moyen terme aux pays à faible revenu. Dans le cadre d’un accord FEC, l’aide est accordée pour une durée initiale de trois à quatre ans, avec une durée maximale totale de cinq ans. Après qu’un accord FEC a expiré ou a été annulé, de nouveaux accords peuvent être approuvés. Le montant du financement mis à disposition au titre de ce programme est déterminé cas par cas, en fonction du besoin de la balance des paiements du pays, de la solidité de son programme économique, de sa capacité de rembourser le FMI, de l’encours des crédits du FMI et des antécédents du pays en matière d’utilisation des ressources du FMI, et il doit être conforme à certaines normes d’accès. Le montant du financement concessionnel disponible au titre du fonds fiduciaire RPC est limité à 75 % de la quote-part par an et l’encours total des crédits concessionnels à 225 % de la quote-part. Ces plafonds peuvent être dépassés dans des circonstances exceptionnelles. Le financement peut être augmenté en cours d’accord, si cela s’avère nécessaire. Le taux d’intérêt des financements accordés ici était de 0 % jusqu’à fin 2016, avec un différé d’amortissement de cinq ans et demi et une échéance maximale de dix ans. Le Cameroun qui a recours à ce crédit accepte d’appliquer un ensemble de mesures qui contribueront sensiblement à stabiliser durablement sa situation macroéconomique à moyen terme. Ces mesures, assorties de conditions spécifiques, sont décrites dans la lettre d’intention du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *