Affaire Martinez Zogo : le sulfureux maire Savom Martin entre les mains de la justice

Savom Martin

Nouvel épisode spectaculaire dans l’affaire Martinez Zogo ce mercredi 7 décembre. Selon nos informations, le maire de Bibey Savom Martin Stéphane a été interpellé hier soir sur instruction du juge d’instruction militaire en charge du dossier. Portrait de ce personnage controversé, proche du sérail, qui pourrait détenir des informations capitales sur l’assassinat du journaliste d’investigation.

La traque des commanditaires et complices présumés du meurtre odieux de notre confrère Martinez Zogo se poursuit sans relâche. Et elle vient de connaître un rebondissement de taille avec l’arrestation musclée par la gendarmerie de Savom Martin, l’influent maire de la commune de Bibey située en Haute-Sanaga.

Un convoqué qui rechignait à se présenter

Pourtant, ce notable local au lourd carnet d’adresses n’en est pas à son coup d’essai. Fin novembre déjà, Savom Martin avait été discrètement entendu par le juge Sikati Kamwo II en charge de l’instruction de ce dossier ultra-sensible. Avant d’être à nouveau convoqué début décembre… sans daigner se présenter.

Motif officiel de son absence : une soi-disant obligation professionnelle impérieuse. En réalité, le maire de Bibey se savait visiblement dans le collimateur des enquêteurs, et a tenté de gagner du temps en multipliant les manœuvres dilatoires et les appels du pied au sommet de l’Etat camerounais. En pure perte.

Un proche de la Première Dame arrêté

Car détail qui a son importance, Savom Martin n’est autre que le frère de Sangwa Balla Andrée Esouma, employée à la sinistre DGRE, les services secrets camerounais. Certains médias Underground affirment même qu’elle n’est autre que la coiffeuse attitrée de Chantal Biya, la première Dame de la République…

Autant dire que le réseau d’influence du maire de Bibey au sein du sérail est conséquent. D’où une certaine fébrilité du côté de certains pontes du régime depuis son arrestation, qui redoutent les éventuelles révélations compromettantes de celui que l’on surnomme « le boucher de Bibey ».

Un personnage incontournable mais controversé

Car derrière son titre ronflant de « président de la section RDPC Bibey commune« , Savom Martin cache en réalité un lourd passé sulfureux. On lui prête en effet des liens troubles avec nombre de personnalités au sommet de l’Etat camerounais, de Samuel Mvondo Ayolo à Joseph Beti Assomo en passant par le tout-puissant Secrétaire Général de la Présidence Ferdinand Ngoh Ngoh.

Son nom est également évoqué dans différents scandales récents, comme l’affaire Polycarpe Abah Abah. Sans oublier des pratiques de sorcellerie qui intrigue dans un pays encore largement imprégné de culture animiste, à l’instar de ces fameuses photos de têtes de bœufs retrouvées dans les rues de Nanga Eboko…

Bref, un profil énigmatique qui pourrait intéresser au plus haut point les enquêteurs sur les zones d’ombre du meurtre de notre confrère Martinez Zogo. D’autant que selon certaines indiscrétions, le maire Savom Martin aurait supervisé au plus près les opérations des forces spéciales le jour du drame…

Affaire à suivre donc, dans l’attente des révélations de cet homme de l’ombre désormais entre les mains de la redoutable justice militaire camerounaise. Avec toujours le même objectif partagé : faire enfin toute la lumière sur l’assassinat odieux de Martinez Zogo !

Par Francis Abessolo, 237online.com

One thought on “Affaire Martinez Zogo : le sulfureux maire Savom Martin entre les mains de la justice

  1. Il n’est pas étonnant que Monsieur Savom, le maire le Bibey, soit impliqué dans cette affaire. En effet, de nombreuses personnes pensent qu’il fait partie d’une bande qui se livre au trafic d’ossements, laquelle bande a fait accuser un villageois innocent à la place de ses hommes de main. Malheureusement, les gens honnêtes n’osent pas témoigner car ils ont peur de subir des représailles, étant donné que les membres de la bande ont de gros moyens et de puissantes relations. Espérons simplement que Justice sera faite pour le bonheur de la population de la Haute-Sanaga et de tout le Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *