Affaire Hervé Bopda: des plaintes nécessaires pour enclencher l’action judiciaire

Affaire Bopda

Alors que la pression monte pour exiger une réaction des autorités face aux accusations contre Hervé Bopda, la procédure à suivre fait débat. Si certains appellent le parquet à s’autosaisir, des juristes rappellent qu’aucune action en justice n’est possible sans plaintes formelles des victimes présumées.

« On ne peut pas démarrer une procédure sans victimes clairement identifiées » explique ainsi l’avocate Michèle Mpacko sur Twitter. « La première victoire de votre bourreau est votre silence » ajoute-t-elle en s’adressant aux victimes, les enjoignant à porter plainte, même anonymement via un avocat.

Colère face à cette exigence procédurale

Une position qui hérisse de nombreux internautes, estimant que les témoignages déjà publics devraient suffire à agir. « Je pense que vous êtes à même de faire bien plus que de les encourager à porter plainte » s’insurge l’un d’eux en s’adressant à la députée Nourane Foster.

Pourtant, à défaut de plaignants clairement identifiés, la justice se retrouve pour l’instant sans victimes à défendre ni mis en cause à poursuivre dans cette rocambolesque affaire. D’où l’impératif d’attendre que des plaintes soient déposées.

Auteur : Séverin Mbarga pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *