Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun - Justice : Vers un procès en sorcellerie contre Jean William Sollo

Cameroun - Justice : Vers un procès en sorcellerie contre Jean William Sollo

L’ancien directeur général de la Cameroon Water Utilities est détenu à la prison centrale de Kondengui pour malversations financières sur la base d’une plainte qu’il a déposée au Tribunal criminel spécial contre X.

Un rapport d’expertise comptable lui a imputé la mauvaise gestion de son prédecesseur. D’après une information confidentielle adressée à Paul Biya, le ministre de la Justice, Laurent Esso, est au centre de cette manœuvre.
C’est de l’inédit dans l’histoire de l’administration au Cameroun. Un directeur de société publique porte plainte contre X pour des soupçons de mauvaise gestion au cours d’une période antérieure à sa gestion. La justice ordonne une enquête en engageant un cabinet d’expertise-comptable qui dans son rapport décide d’étendre son audit à la période de gestion du plaignant. Ce qui à première vue n’a rien d’anormal. Mais au moment de rendre son rapport, l’on se rend compte en le lisant ainsi que l’acte d’accusation de la justice que le directeur général qui est le plaignant se voit attribuer les irrégularités de gestion de son prédécesseur. Ça se passe au Cameroun. Ceci n’est possible que dans un

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
pays où la justice n’est qu’une vue de l’esprit, une arme dont se servent les inamovibles d’un régime autocratique pour régler des comptes à des indésirables du système.
Jean William Sollo est de ces responsables d’entreprise publique. Détenu à la prison centrale de Yaoundé, ce dernier fait partie des récentes victimes de l’Opération Epervier au Cameroun. L’ancien directeur général de la Cameroon Water Utilities (Camwater), société de production et de distribution de l’eau potable, a déposé au parquet général du Tribunal criminel spécial une plainte contre X le 31 mars 2014, soit deux ans jour pour jour après sa nomination à ce poste. La plainte porte sur des soupçons de malversations financières au cours de la période allant du 1er juillet 2002 au 31 décembre 2004. Celle au cours de laquelle la défunte Société nationale des eaux du Cameroun était sous administration provisoire assurée par Basile Atangana Kouna. A la fin de l’administration provisoire, ce dernier est nommé directeur général de Camwater, nouvellement créée, en mars 2006.
Le Tribunal criminel spécial requiert l’expertise comptable d’un certain Fernand Tchokoungue le 21 septembre 2016. Ce dernier produit un premier rapport le 14 février 2017 sur la période de gestion visée par la plainte de Sollo. Mais dans un autre rapport complémentaire du 23 mars 2017, l’expert-comptable dit avoir étendu ses vérifications à la période de sa gestion allant de fin mars 2012 à février 2016. Ce rapport complémentaire laisse apparaître certaines curiosités : non seulement il fait fi de la période de gestion allant de janvier 2005 à décembre 2011 (à cette dernière, Basile Atangana Kouna a été nommé ministre de l’Energie et de l’Eau ) mais aussi il impute les irrégularités de la gestion de son prédecesseur au plaignant.
Qu’est ce qui explique ce rapport complémentaire plus d’un mois après celui commandé par le parquet du Tcs ? Pourquoi la période de gestion allant du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2011 ne figure pas dans ce rapport complémentaire de l’expert-comptable Tchokougue ? qu’est ce qui explique qu’une bonne partie des irrégularités de gestion antérieure à l’arrivée de William Sollo à la tête de Camwater lui aient été attribuées ? D’après une information confidentielle parvenue au chef de l’Etat il y a quelques semaines, le ministre de la Justice, Laurent Esso, a manœuvré en coulisses pour que William Sollo soit poursuivi par le Tcs et jeté en prison.Se sentant épinglé, Basile Atangana Kouna a, d’après cette note confidentielle, saisi le patron de la justice pour que ce dernier intervienne. Est-ce ce qui explique ce revirement de l’expert-comptable à l’endroit de Jean William Sollo ?
Des différents rapports de l’expert-comptable déposés chez la procureure générale près le Tcs, Nicole Tchakountio ainsi que de l’acte d’accusation de cette dernière, l’on retient par exemple et d’après des investigations de hurinews.com que la plupart des dépenses non justifiées et inventaires non constitués relèvent de la période de gestion antérieure à celle de William Sollo. Pour ce qui est de sa gestion, les tableaux contenus dans les précédents rapports de commissaires aux comptes consultés par hurinews laissent apparaître que toutes les dépenses sous sa gestion ont été justifiées.
Est-ce donc parce que William Sollo a donné un coup de pied dans la fourmilière de la gestion de l’Administration provisoire de la défunte Société nationale des Eaux du Cameroun de juillet 2002 à décembre 2004 que la maffia voudrait sa tête ? Qu’est ce qui explique le sacrifice de Basile Atangana Kouna (lui aussi écroué à la prison centrale de Kondengui) qui semblait plutôt proche des intérêts de la pègre régnante ? Est ce parce qu’en tant que témoin gênant, il en est un témoin gênant? Affaire à suivre.


Michel Biem Tong

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac