Une nouvelle équipe aux commandes à l'Hôpital gynéco-obstétrique

Charles Salé devra désormais s??occuper des questions de santé après avoir été membre du gouvernement. Le président du Conseil d??administration de l??Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (Hgopy) a en effet été ministre des Transports d??avril à décembre 2004. Avant d??hériter du portefeuille de l??Industrie, des Mines et du Développement technologique, à la suite du réaménagement du gouvernement, le 8 décembre 2004. Le nouveau PCA est un homme politique de terrain au parcours

particulier.Pr Angwafo III Fru Fobushi, le directeur général lui, est spécialiste de l??urologie. Discipline qu??il dispense d??ailleurs à la Faculté de médecine et des sciences biomédicales de l??Université de Yaoundé I, après y avoir servi comme Vice-doyen chargé des études pendant six ans. Ses fonctions de Secrétaire général du ministère de la Santé publique depuis février 2006 ne l??empêchent pas de prendre en charge des patients, dans sa spécialité, à l??Hôpital général de Yaoundé. Membre de plusieurs organisations académiques et professionnelles nationales, régionales et internationales, le Pr Angwafo III apportera à l??Hôpital gynéco des années d??expérience comme médecin, enseignant, éducateur, chercheur en santé publique et administration.Quant au directeur général adjoint, le Dr Nsom Mba Charles, il était jusqu??à sa récente promotion, délégué régional de la Santé publique pour l??Est. Coordinateur national lèpre et ulcère de buruli, le praticien est connu pour être très actif sur le terrain de la Santé. La région de l??Est en garde le souvenir d??un professionnel pointilleux, travailleur, ayant fortement contribué à l??amélioration de l??offre de soins de santé localement.
La nomination de cette équipe, le 9 mars dernier, intervient dans un contexte marqué par l??affaire Vanessa Tchatchou. La jeune fille de 17 ans y a perdu son bébé, enlevé à la naissance le 20 août 2011 par des inconnus. Nul doute que la première mission des nouveaux responsables sera de ramener la sérénité et de rétablir la réputation de cette formation sanitaire de référence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *