Un compromis doit être trouvé sur les importations d’hydrocarbures russes (Rome)

prix du gaz en Europe

La décision de l’UE relative aux importations d’hydrocarbures russes ne peut pas être catégorique et sera basée sur un compromis, estime le ministre italien de la Transition écologique Roberto Cingolani. Selon lui, Rome importera d’ici le milieu de l’année 2024 25 milliards de m3 de gaz qui ne sera pas livré depuis la Russie.

« L’Europe voulait bloquer les importations de pétrole et de gaz depuis la Russie, mais cette question doit être décidée seulement sur la base d’un compromis. C’est une question très compliquée puisque la situation est différente dans différents pays », a déclaré le ministre dans une interview au journal La Stampa.

Il a expliqué que certains pays, dont l’Allemagne et l’Autriche, défendaient une opinion « très claire » selon laquelle les sanctions ne devaient pas porter davantage atteinte à ceux qui les introduisent qu’à ceux visés par celles-ci. « Mais il y a un problème éthique puisque nous savons que le PIB russe dépend principalement des exportations des fossiles. La Commission européenne trouvera finalement une solution, mais toute décision doit se baser sur un compromis », estime Roberto Cingolani.

Il a fait savoir que l’Italie prenait des mesures pour remplacer le gaz russe « comme aucun autre pays ». « Nous avons garanti 25 milliards de m3 de gaz grâce à la diversification des livraisons depuis les pays africains que nous recevrons d’ici le milieu de l’année 2024 afin de remplacer les 29 milliards de m3 obtenus aujourd’hui depuis la Russie », a précisé le ministre.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *