TotalEnergies

TotalEnergies cessera d’acheter du pétrole russe d’ici fin 2022

International

La compagnie énergétique française TotalEnergies a annoncé « la suspension progressive de ses activités en Russie » et son intention de mettre fin à l’achat de pétrole et produits pétroliers en provenance de Russie d’ici fin 2022 à cause de la situation en Ukraine.

« Compte tenu de l’aggravation de la situation en Ukraine et de l’existence de sources alternatives pour approvisionner l’Europe, TotalEnergies prend unilatéralement la décision de ne plus conclure ou renouveler des contrats d’achat de pétrole et de produits pétroliers russes, afin d’arrêter tout achat de pétrole ou produits pétroliers russes, dans les meilleurs délais et au plus tard à la fin de l’année 2022 », indique le communiqué de la compagnie.

En outre, TotalEnergies n’investira plus dans le développement des projets en Russie, ce qui concernera notamment le projet Arctic LNG 2.

Cependant, la compagnie maintiendra ses parts dans les actifs russes. « Le contexte actuel des sanctions européennes et des lois russes de contrôle des investissements étrangers en Russie empêcherait TotalEnergies de trouver un acheteur non russe pour reprendre ses participations minoritaires en Russie. Abandonner ces participations sans contrepartie financière contribuerait donc à enrichir des investisseurs russes en contradiction avec l’objet même des sanctions », a-t-elle expliqué.

La compagnie estime également que le renoncement aux participations minoritaires n’aura pas d’effet sur le fonctionnement de ces sociétés.

Plus tôt, TotalEnergies avait déjà fait des déclarations relatives à l’opération militaire spéciale russe en Ukraine en se limitant à suspendre les futurs investissements dans les projets russes. Selon la nouvelle déclaration de la compagnie, elle a été obligée de prendre des mesures plus dures suite aux « accusations graves et infondées de « complicité de crime de guerre » prononcées à son encontre ».

TotalEnergies a précisé qu’elle assurera « le strict respect des sanctions européennes, actuelles et futures, quelles que soient les conséquences pour la gestion de ses actifs en Russie ».

La compagnie française détient 19,4% dans la compagnie gazière russe Novatek, 20% dans Yamal LNG et 49% dans TerNefteGaz. TotalEnergies participent également à la co-entreprise Kharyaga opérée par Zarubezhneft.

« TotalEnergies continue à assurer l’approvisionnement de l’Europe en Gaz Naturel Liquéfié à partir de l’usine de Yamal LNG dans le cadre de contrats longs termes qu’elle se doit d’honorer tant que les gouvernements considèrent que le gaz russe est nécessaire », a ajouté la compagnie.

237online.com

Tagged

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *