Tensions au Cameroun : Gbayas et Haoussas s’opposent à Mohamadou Moustapha

Mohamadou Moustapha

La nomination de trois sénateurs de l’Adamaoua par le président Paul Biya a révélé les manœuvres du secrétaire général adjoint de la présidence, Mohamadou Moustapha, accusé de semer la discorde dans cette région du Cameroun. Les communautés Gbayas et Haoussas expriment leur mécontentement face à cette situation.

Les Gbayas dénoncent l’éviction de Baoro Théophile

Dans une lettre adressée au comité central du Rdpc, les Gbayas ont protesté contre la mise à l’écart de l’honorable Baoro Théophile, vice-président de l’Assemblée nationale et membre du bureau politique du Rdpc. Ils estiment que Mohamadou Moustapha, un nouveau venu au sein du parti au pouvoir, utilise sa position à la présidence pour frustrer les militants de l’Adamaoua.

La communauté Haoussa également mécontente

Le mécontentement ne se limite pas aux Gbayas, la communauté Haoussa est également affectée par les agissements de Mohamadou Moustapha. Ce dernier est accusé d’avoir éliminé son propre frère, Ali Bachir, de la liste des candidats aux élections sénatoriales.

Manipulation des nominations et conséquences

Mohamadou Moustapha a également manœuvré pour remplacer Ali Bachir par l’universitaire Mazadou, sous prétexte qu’il n’y avait pas d’Haoussa parmi les sénateurs élus. Cependant, cette justification semble fausse, car plusieurs sénateurs élus sont effectivement Haoussas. Cette situation soulève des questions sur la politique du secrétaire général adjoint et les nominations de diplomates Haoussa au détriment d’autres ethnies de l’Adamaoua.

L’avenir des relations entre les communautés Gbayas, Haoussas et le gouvernement

Les tensions actuelles entre les communautés Gbayas, Haoussas et le gouvernement camerounais pourraient avoir des conséquences à long terme sur la stabilité politique de la région. Les actions de Mohamadou Moustapha sont perçues comme favorisant la discorde et les divisions ethniques, ce qui pourrait aggraver les tensions et les conflits dans l’Adamaoua.

Pour en savoir plus sur cette situation et d’autres actualités du Cameroun, visitez 237online.com.

TTSO / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *