Société

Stabilisation de la RCA: Le 7 contingent camerounais prêt

Le MINDEF, Joseph Beti Assomo, a présidé hier à Motchéboum, la prise d’armes à l’occasion de la remise des étendards aux Casques bleus camerounais de la MINUSCA.

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) va s’enrichir du 7e contingent camerounais en partance pour ce pays voisin. A la veille de ce déploiement, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (MINDEF), Joseph Beti Assomo, a présidé hier au Centre de formation pré-déploiement de Motchéboum, dans la région de l’Est, la cérémonie de prise d’armes à l’occasion de la remise des étendards à ce 7e contingent. Forte de 1150 personnes dont 750 militaires, 280 gendarmes, des observateurs militaires et des policiers, la composante camerounaise en cours de déploiement va continuer à jouer un rôle important au sein de la MINUSCA qui compte au total 11 200 éléments. La vivacité observée hier en mi-journée lors du défilé militaire qui a marqué la cérémonie de prise d’armes est un indicateur de la bonne préparation de nos soldats placés sous les ordres du colonel Richard Nzameyo Mba. C’est d’ailleurs lui qui a reçu hier à 11h57 l’étendard des mains du MINDEF.

Dans son allocution de circonstance, Joseph Beti Assomo a déclaré que toutes les dispositions ont été prises par le haut commandement pour doter ce contingent du nécessaire pour un rendement optimal pendant sa mission en RCA. « Il vous revient à présent de tout mettre en œuvre, chacun en ce qui le concerne, pour faire scintiller le blason de nos armées en République centrafricaine », a-t-il recommandé. Poursuivant les conseils, il a prévenu : « Evitez-nous ces déviances commises par quelques-uns de vos camarades qui vous ont précédés et qui sont actuellement sous le coup de procédures pendantes auprès des autorités onusiennes. Ces écarts de comportement portaient aussi bien sur de honteux petits trafics que sur des prédations et déviances sexuelles qui ne bénéficient d’aucune tolérance de la part des autorités onusiennes ». C’est pour toutes ces raisons qu’il a engagé les commandants du bataillon et des unités de police constituées, à faire preuve de rigueur dans l’encadrement des hommes. Puis, à être proactifs en rendant compte dans les meilleurs délais possibles à la hiérarchie de toute situation pouvant porter atteinte à l’image et à la crédibilité du Cameroun ou entraver la bonne exécution des missions qui leur sont confiées.

Lire aussi
Cameroun: La dépouille d'un général ambazonien découvert à Bamenda

En outre, ces commandants devront prendre un soin spécial des matériels et observer une stricte probité morale dans la gestion des droits et avantages des hommes placés sous leur commandement. En concluant son propos, il leur a demandé d’être professionnels dans l’accomplissement des tâches qui leur seront assignées, de cultiver la cohésion et la fraternité d’âme dans leurs rangs, de rester toujours dignes dans leurs comportements, afin de préserver et de ramener intacts l’honneur des drapeaux et étendards qui leur ont été confiés.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page