Société

SCB Cameroun (Attijariwafa) : L’ex-DGA Victor Emmanuel Menye inculpé pour 18,69 milliards de FCFA

A travers son ancien directeur général adjoint (DGA), Victor Emmanuel Menye, la Société camerounaise de Banque (SCB), filiale du Marocain Attijariwafa, est citée dans l’affaire de détournement présumé de l’ex-ministre délégué à la présidence en charge de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o, en garde à vue depuis le 8 mars 2019.

En effet, le juge d’instruction du tribunal criminel spécial (TCS), Jean Betea, a bouclé l’instruction judiciaire le 26 août dernier en produisant une ordonnance de renvoi. Il inculpe Victor Emmanuel Menye pour « complicité de détournement » de la somme de 18,69 milliards de FCFA et « complicité de blanchiment aggravé des capitaux » dont le montant avoisine 20 milliards de FCFA.

En effet, le juge d’instruction estime que l’ex-DGA de la SCB s’est rendu coupable de « complicité de détournement à travers les actes d’aide et de facilitation en sa qualité de banquier » dans divers montages et transactions financières ainsi que « l’ouverture de plusieurs comptes bancaires tant au plan national qu’international, courant 2010-2014 ».

Selon l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction du TCS, le banquier s’est aussi rendu complice du crime de détournement reproché à Edgard Alain Mebe Ngo’o, à travers ses concours dans la passation et l’exécution des marchés spéciaux de fourniture de biens au ministère de la Défense.

Lire aussi
Cameroun : Un enfant de 3 ans tué par une électrocution à Douala

Toujours selon la même source, M. Menye se serait rendu complice de crime de blanchiment aggravé des capitaux reproché à M. Mebe Ngo’o. Il lui a facilité l’acquisition de 53 immeubles tant à l’intérieur du territoire national qu’à l’étranger, la détention et l’utilisation de nombreux biens mobiliers de valeur, parmi lesquels plusieurs dizaines de véhicules et engins lourds, dont le montant avoisine 20 milliards de FCFA provenant des infractions de détournement et de corruption.

L’ex-DG de la SCB est détenu suivant un mandat de détention provisoire du 8 mars 2019, prorogé les 8 septembre 2019 et 05 mars 2020. Après la phase de l’instruction, le procès peut désormais s’ouvrir.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page