Rougeole: Le Cameroun en situation d’épidémie

Le gouverneur de la région du Nord-ouest a instruit une campagne de vaccination pour la riposte dans son territoire qui compte déjà 106 cas.L’information a été apprise sur les ondes de la Cameroon Radio Television (Crtv), station régionale du Nord-ouest à Bamenda vendredi dernier ; 106 cas de rougeole ont été notifiés dans 11 districts de santé de cette région. Deux des malades sont décédés et 85 autres sont sous traitement. Le gouverneur de ladite région, Adolphe Lélé Lafrique, a instruit une campagne de vaccination dans les districts de santé affectés pour freiner l’évolution de l’épidémie.
Le Nord-ouest n’est pas la seule région à être frappée par l’épidémie de rougeole. Des cas ont été aussi enregistrés dans les régions du Centre. Récemment, un journal signalait que 150 cas avaient été notifiés dans la région de l’Ouest entre avril et juin 2015. Depuis une dizaine d’années, l’on a des épidémies de rougeole qui se signalent chaque dans différents coins du pays. Selon les autorités sanitaires, 725 cas de rougeoles ont été signalés en 2014 pour 16 décès.
La rougeole est une maladie très contagieuse qui affecte principalement les enfants. Elle se manifeste par une forte fièvre qui peut atteindre 40°C, une conjonctivite accompagnée de l’écoulement des larmes aux yeux ; le malade a aussi un écoulement nasal et la toux. Il apparaît également des petites tâches blanchâtres sur la peau du patient. Elle est mortelle. Mais la vaccination permet de la prévenir ou tout au moins de l’atténuer si elle survient.
Le vaccin contre la rougeole est parmi les onze administrés gratuitement aux enfants de zéro à onze mois par le Programme élargi de vaccination (PEV). Cependant, selon le Dr Julius Ntamah, le chef d’unité régionale du pour le Nord-Ouest, cité par la Crtv Bamenda : « Jusqu’ici nous avons identifié cinq village du district de santé de Benakouma touchés par l’épidémie de rougeole. La cause principale de la résurgence de cette épidémie dans le Nord-ouest c’est la faible couverture de la vaccination de routine. Je profite de cette antenne pour exhorter les parents de tout mettre en œuvre pour que tous les enfants de zéro à onze mois complètent leurs calendriers de vaccination ».
Le rejet de la vaccination est manifeste au Cameroun depuis un certains nombre d’années. Les croyances religieuses, sociales et culturelles font que des parents n’acceptent pas facilement de faire vacciner leurs enfants contre des malades pourtant évitables par ce geste. Cette situation a placé le Cameroun parmi les pays exportateurs de la poliomyélite. Il y est resté pendant presqu’un an (Octobre 2013-juillet 2014). Il lui a fallu organiser plusieurs campagnes de vaccination pour la riposte. L’entrée et la sortie du pays étaient même soumises à la présentation d’un carnet de vaccination contre la poliomyélite. Ainsi l’on redoute déjà de vivre la même chose avec la rougeole.

[b]Adrienne Engono Moussang[/b]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *