Pour ses propos sur le SMIG, Grégoire Owona demande pardon, promet de s’expliquer plus tard – 237online.com
Economie

Pour ses propos sur le SMIG, Grégoire Owona demande pardon, promet de s’expliquer plus tard

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona est revenu ce 15 mai 2019, via son compte officiel Facebook, sur ses propos « insultants » tenus le 30 avril mai dernier sur le SMIG au Cameroun.

Le membre du gouvernement a commencé par féliciter les travailleurs et les syndycalistes pour la belle fête qu’ils ont offerte le 01 mai. « Félicitations à tous les travailleurs et tous les syndicalistes du Cameroun pour la belle célébration qu’ils ont faite de la Journée du 1er mai 2019 dans tout le pays. », écrit-il dans sa réaction.

Le secrétaire général adjoint du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) a tenu dans la suite à demander pardon à ceux qui ne l’ont pas compris lors de son intervention

1xbet AFF

« Pour ceux qui n’ont pas bien compris mes explications sur le SMIG et qui ont pensé que la solution est de m’insulter, je leur demande pardon ».

« J’expliquerai mieux ultérieurement. », poursuit le ministre.

Il dit continuer par ailleurs là « inviter les travailleurs à la pratique du dialogue social qui permet l’amélioration de la relation employeur-employé et qui nous conduit plus vite au travail décent. »

A l’aune de la Journée internationale des Droits des travailleurs qui se célèbre le 01 mai, le ministre du Travail avait prétendu le 30 avril dernier qu’un travailleur pouvait vivre au Cameroun avec le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), qui est fixé dans le pays à 36270 FCFA par mois, l’un des plus faibles de la Sous-région Afrique centrale. Une déclaration qui avait créé de vives réactions au sein de l’opinion. Des camerounais se demandant comment s’était possible pour un citoyen de se loger, se vêtir et se nourrir avec 36270 FCFA.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer