Economie

Pénurie des pièces de monnaie : Un vrai casse-tête chinois à Ebolowa

Chacun y va de son astuce pour ne pas laisser trop de plumes.

Sylvie est en pleine discussion avec un conducteur de moto. Ce vendredi, 13 mai 2022 vers 10h30 au lieu-dit carrefour Samba à Ebolowa, la ménagère ne décolère pas. Elle explique aux quelques personnes venues vivre la scène que, « j’ai emprunté la moto au quartier Mvam Essakoé pour le marché Samba et proposé une somme de 150 F dans un billet de 500 F au moto taximan ». La dame raconte que, « arrivée à destination, je tends un billet de 500 F au conducteur de moto qui me rembourse une somme de 300 F au lieu de 350 F. La ménagère poursuit, « lorsque je me plains, le conducteur de moto me fait comprendre qu’il n’a pas de pièce de 50 F sur lui et qu’il préfère prendre 200 F au lieu de 150 F comme initialement convenu ». Après quelques minutes de discussion, le conducteur de moto démarre son engin sans autre forme de procédure, abandonnant la ménagère aux abois.

Présent lors de la scène, Magloire Essono, enseignant dans une école privée de la ville fait savoir que, « ces incidents sont devenus légion à Ebolowa du fait de la pénurie des pièces de monnaie ». Le pédagogue relate, « vous vous rendez dans une épicerie et après avoir fait des achats, l’on vous fait savoir qu’il y’a un problème de pièces de monnaie et vous vous retrouvez dans l’obligation de faire des achats supplémentaires que vous n’avez pas prévu. Vous vous rendez à la pharmacie, même scénario. Vous y laissez entre 25 F, 50 F et parfois plus ».

Dans la ville d’Ebolowa à en croire plusieurs habitants, la pénurie des pièces de monnaie est devenue un vrai problème. Chacun y allant de son astuce pour ne pas laisser trop de plumes. Edith Evina, cadre au conseil régional du Sud dit avoir trouvé sa petite idée. Elle confie, « je m’arrange toujours à avoir de la petite monnaie sur moi. Quand je vais faire des achats dans les magasins, j’en profite pour faire la monnaie. De cette façon, je paie toujours à la moto ou aux vendeuses et revendeuses du marché, la somme exacte de ce que je dois payer ».

Au centre-ville d’Ebolowa, Carine Engolo, une tenancière de call box renseigne que plusieurs vendeuses, revendeuses au marché ainsi que plusieurs conducteurs de motos surfent aussi sur la pénurie des pièces de monnaie pour extorquer des petites pièces aux gens ». D’après la jeune fille en effet, « ils feignent ne pas avoir la petite monnaie lorsque vous leur tendez un billet sachant que vous serez dans l’obligation de céder et de leur laisser ces pièces ». Un vrai casse-tête chinois aux fortunes diverses pour les populations de la ville d’Ebolowa. En attendant.

Jérôme Essian / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page