Paris s’est dit préoccupée par le retrait du contingent danois exigée par le Mali

Soldat Danois au Mali

Paris s’est dit préoccupée par la demande des autorités maliennes de retirer immédiatement les militaires danois venus dans le pays pour participer à l’opération antiterroriste Takuba, et discute de nouvelles mesures avec ses alliés. C’est ce qu’a annoncé mardi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Le gouvernement de transition a demandé lundi au Danemark de retirer « immédiatement » la son contingent militaire arrivé récemment dans le pays pour participer au groupement européen de forces spéciales Takuba. Selon le média Le Journal du Mali, le contingent danois compte environ 90 soldats, majoritairement des soldats d’élite.

« Nous avons pris note avec préoccupation de ces déclarations infondées des [autorités] du Mali, étant donné que ce déploiement a été réalisé dans la plus grande transparence et avec le consentement explicite des [autorités] du Mali. Nous discutons maintenant de cette situation avec les partenaires européens de l’opération Takuba », a déclaré le ministère français des Affaires étrangères.

Pour rappel, la force européenne Takuba est chargée de lutter contre le terrorisme au Mali et au Niger. Cette opération a été lancée au printemps 2020 à l’initiative de la France pour lutter contre les groupes terroristes dans la région du Sahel. Les forces armées françaises, suédoises, néerlandaises, tchèques, portugaises, hongroises, italiennes, belges et estoniennes y participent.

Le Mali a connu deux coups d’État militaires depuis août 2020. Lors de la première, qui a eu lieu le 18 août 2020, le président Ibrahim Boubacar Keïta a été démis du pouvoir. Un groupe de militaires dirigé par le colonel Assimi Goïta a nommé Ba N’Daou président par intérim du Mali. Cependant, le 26 mai 2021, il a été démis de ses fonctions par le même groupe de militaires et, par décision de la Cour constitutionnelle du Mali, M. Goïta a été nommé chef de l’État pour une période de transition. Le Mali est actuellement soumis à des sanctions sévères de la part de Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui demande aux dirigeants militaires de rétablir rapidement le régime civil de gouvernement et de tenir des élections.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *