Politique

Message du Chef de l’État à la Nation: Le discours de Biya portera sur la forme de l’État

Si on en croit une note qui émanerait du Cabinet Civil, le Chef de l’Etat s’adressera à la Nation dans un message radio-télévisé demain à 20 heures.

Là-dessus, certains élaborent une série de supputations, la plus récurrente étant sa démission.

Personne ne peut prédire ce que le Chef de l’Etat va dire à a Nation, mais on peut supputer sur les thèmes probables, au vu de l’actualité.

Et de ce point de vue, on peut exclure d’office sa démission : il n’y a aucun argument objectif en faveur de celle-ci, exception faite des désirs impatients des gens qui ne veulent plus le voir. Mais à la vérité, ceux-là doivent prendre leur mal en patience : Biya ne leur a pas dit qu’il va écourter son mandat, ni même que c’est son dernier mandat ! Car, aussi agaçant que cela puisse apparaître à quelques-uns, il est plus sage de se préparer à le revoir se présenter en 2025 et même de gagner !

Peut-être faudrait-il rappeler à ceux qui le voient déjà mort de vieillesse ce monsieur est issu d’une famille qui vit très longtemps ! Les gens qui atteignent 90 ans dans cette famille ne sont pas rares… Et quand on ajoute ses moyens…

Le pouvoir de Biya n’est donc nullement contesté, personne ne croyant sérieusement à la farce de la « victoire volée » d’une poignée d’agitateurs…

Par contre, le seul problème prégnant est la Sécession des Anglophones. C’est un mouvement armé qu’on a cru anéantir en deux semaines avec une escouade de gendarmes et de policiers, mais qui a résisté et qui a pu chasser l’Etat de zones rurales du NOSO. Toute l’activité politique, économique et sociale a été déstabilisée et il n’existe aucune perspective opérationnelle pour ramener l’ordre par la force.

Bien plus, toutes les initiatives prises par le Gouvernement se sont soldées par les échecs et on ne voit pas très bien comment on peut sortir de cette situation sans de véritables mesures politiques.

Plus le temps passe, plus la situation se dégrade, car il faut bien en convenir, le temps joue leur faveur de la Sécession.

Du reste, le problème s’est internationalisé et le monde entier commence à s’y intéresser vivement. Et si personne n’accepte la Sécession au Cameroun, personne non plus ne soutient le Gouvernement avec son « Etat unitaire » et ses « unités nationales ». On lui demnde de rentrer à la Fédération de 1961…

C’est cela le vrai et seul problème du Cameroun : nous n’avons pas une crise du pouvoir, mais nous avons une crise de l’Etat.

Cela signifie que le pouvoir de Biya n’est pas contesté, comme l’était celui de Gbagbo. Par contre, c’est le modèle étatique dont les Anglophones, mais aussi d’autres Camerounais ne veulent plus.

Le discours de Biya ne peut donc porter que sur la forme de l’Etat, suivant 2 hypothèses :

HYPOTHESE 1

S’il persiste dans sa logique de l’Etat unitaire, il va très probablement annoncer des Régionales, précédées d’une réforme qui élargit les prérogatives des Régions, tout en instaurant des droits spécifiques pour les Régions anglophones. Avec en prime l’élargissement des prisonniers anglophones et peut-être aussi l’instauration d’un Poste de vice-président, réservé naturellement aux Anglophones si un Francophone est Président, et vice-versa.

Cette hypothèse entre en droite ligne de la logique du pouvoir de Yaoundé, mais il est improbable qu’elle puisse résoudre le problème de fonds posé par la Sécession. Tout d’abord, c’est le mot « unitaire » lui-même qui est devenu le carburant de la guerre, puisqu’il représente, dans les schèmes des Anglophones, une absorption pure et simple. Et ceci, quel que soit la manière dont on pense le présenter.

Du reste, un attelage dans lequel on affecterait un poste spécifique à chacune des deux communautés linguistiques, ou alors, où les Régions anglophones auraient des dérogations spéciales risquerait d’amplifier l’exception anglophone, avec des risques récurrents des comportements sécessionnistes.

HYPOTHESE 2

Si le Président a changé de cap, il pourra annoncer une réforme constitutionnelle portant sur une fédéralisation généralisée, ce qui serait une bonne manière de résoudre une fois pour toutes le problème de la diversité du Cameroun.
Mais peut-il aller jusque-là ?

Ce sont juste des supputations.

Par Dieudonné Essomba

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer