Lutte contre Boko haram: Contribution du Cameroun à la libération de Sambisa

Les militaires engagés dans l’opération Rescue Final au Nigéria sont rentrés dimanche dernier dans leur base de Mora.
Les militaires du secteur n°1 de la Force multinationale mixte (Fmm) engagés dans l’opération Rescue Final à Sambisa ont regagné leur base de Mora le 25 décembre 2016. Une section et un peloton blindé de la Fmm ont participé à cette opération majeure sur le camp zéro. Tous sont rentrés indemnes. « C’est inédit », s’est réjoui un militaire camerounais. Vendredi dernier, après une heure de combat, les forces armées nigérianes et leurs homologues camerounais de la Fmm ont pu pénétrer ce camp de Boko haram réputé inexpugnable. 237online.com Le camp zéro dévasté et déserté de ses populations et combattants a été déclaré définitivement libéré. « Nous avons rencontré des femmes et des enfants sur la route fuyant le camp. Ils étaient nombreux mais nous ne les avons pas compté pour ne pas ralentir notre progression », témoigne un militaire. Aucun militaire n’a été blessé lors de la brève bataille de vendredi. Du côté de Boko haram, plus de 150 cases ont été incendiées, 35 motos au moins ont été détruites de même que 20 voitures. Après ce constat, le commandant du théâtre des opérations, le général Lucky Irabor a déclaré la fin de l’opération Rescue Final. Les militaires camerounais sont alors partis de leur camp de base de Bitta pour Bama,le samedi et enfin pour Mora dimanche. Ils ont été félicités par le commandant du théâtre des opérations pour leur efficacité. Une efficacité des militaires qui est à l’origine de cette opération Rescue Final. En septembre dernier, une semaine avant la fête du mouton, des membres du bureau de renseignements de l’opération Alpha du Bir avaient apporté des informations précieuses à leurs homologues nigérians. Ils revenaient d’une mission dans la localité nigériane de Djimelli. Ils y avaient arrêté des membres de Boko haram. Parmi ces prisonniers deux femmes. L’une d’elle était chargée du conditionnement des kamikazes. Elle revenait de Sambisa et mettait la dernière main sur la projection au Cameroun de 11 kamikazes. Prolixe, elle a tout dit: des familles qui servaient de relais à ces kamikazes jusqu’aux coursiers qui les transportaient à travers les brousses du Cameroun et du Nigeria. Elle ne s’est pas contentée de décrire le parcours des candidats à l’attentat suicide. Elle a aussi dit où se trouvait Abubakar Shekahu, le leader de Boko haram et comment il dirigeait les opérations de son camp à Sambisa. Selon nos sources, les coordonnées du refuge des chefs de Boko haram ont été transmises aux autorités militaires nigérians. C’est probablement fort de ces informations de première main que l’opération Rescue Final a été préparée et activée. Par ailleurs, les militaires camerounais poursuivent leur collaboration avec leurs homologues nigérians. L’Operation Thunder 1 de libération de Gwoza et de ses alentours poursuit son étreinte sur cette ville dont Boko haram voulait faire la capitale de son « Sultanat ». Après avoir repris la ville de Ngoshe, ils se sont emparés de plusieurs localités: Chavey, Amouda, Pulka Junction. « Ils avancent sûrement sur l’objectif (Gwoza ndlr) malgré les engins explosifs improvisés plantés un peu partout. Malgré ces dangers, l’opération Thunder 1 a pu libérer 139 civils captifs de Boko haram », nous renseigne notre source militaire.

Aziz Salatou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *