Liberté de la Presse au Cameroun : Dépénalisation des Délits de Presse et le Rôle Crucial du RMPLP

Liberté de la Presse au Cameroun

Le 3 mai 2023, la Journée Mondiale de la Liberté de Presse sera célébrée sous le thème poignant : « Façonner un avenir de droits : La liberté d’expression comme moteur de tous les autres droits de l’Homme ». Pour marquer cette occasion, des activités seront organisées au siège de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à New York. Au Cameroun, c’est le moment de réfléchir à la dépénalisation des délits de presse, sujet à l’ordre du jour du Réseau des Médias pour la Promotion de la Liberté de la Presse (RMPLP).

Le Défi de la Liberté de la Presse au Cameroun

Au Cameroun, le paysage médiatique est confronté à des défis uniques. « Le Cameroun et la Guinée Équatoriale restent les seuls pays en Afrique subsaharienne où la diffamation et les délits par voie de presse continuent de relever de la compétence du juge pénal, ce qui est incompatible avec la liberté de la presse, » déclare Charles Cacharel Ngah Nforgang, un journaliste éminent et défenseur de la liberté de la presse

Selon NGOUGHOU TCHAPTCHET THEO NATHANAEL, Manager Général de l’association humanitaire AD+, « il est nécessaire de dépénaliser les délits de presse pour protéger l’image du Cameroun sur le plan international, mais également pour assurer la protection des journalistes et professionnels des métiers connexes de la communication« .

Le Rôle du RMPLP dans la Promotion de la Liberté de la Presse

Créé le 24 juin 2022 à Douala, le RMPLP a pris l’initiative de promouvoir le débat autour de la dépénalisation des délits de presse au Cameroun. Cette organisation regroupe des médias, des syndicats et des associations socioprofessionnelles, tous unis pour plaider pour une plus grande liberté de la presse et des réformes législatives nécessaires.
Pour la célébration de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, le RMPLP prévoit d’organiser des débats publics sur le sujet de la dépénalisation des délits de presse. L’objectif est de sensibiliser le public et les décideurs politiques à l’importance de cette question. Ils espèrent susciter un débat constructif et productif qui pourrait conduire à des changements législatifs significatifs. Cela permettrait aux journalistes de pratiquer leur métier librement et sans crainte de représailles juridiques.

Activités à Mener et Résultats Attendus

Le RMPLP envisage d’organiser des émissions de débats sur la dépénalisation des délits de presse, d’impliquer différents acteurs de la société et de sensibiliser les citoyens sur l’importance de la question. Ils prévoient également des formations pour les journalistes sur les droits de la presse et des ateliers pour discuter des meilleures pratiques dans le journalisme.
Si ces objectifs sont atteints, nous pourrions voir un changement significatif dans la manière dont la presse fonctionne au Cameroun. Cela pourrait conduire à une plus grande liberté pour les journalistes et à une meilleure qualité de l’information pour le public.

Le Réseau des Médias pour la Promotion de la Liberté de la Presse

Le RMPLP, qui couvre l’ensemble du territoire camerounais, est un acteur clé dans la promotion de la liberté de la presse. En travaillant avec des journalistes, des associations professionnelles et des organisations de la société civile, ils s’efforcent d’améliorer les conditions de travail des journalistes et de promouvoir une culture de respect pour la liberté de la presse.

En cette Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, il est important de reconnaître le rôle crucial joué par le RMPLP dans la promotion d’un dialogue ouvert sur la dépénalisation des délits de presse. Leur travail est un pas en avant vers la construction d’un Cameroun où la liberté d’expression est respectée et protégée.

L’Appel à la Dépénalisation des Délits de Presse

Pour remédier à cette situation, de nombreuses voix se sont élevées pour appeler à la dépénalisation des délits de presse au Cameroun. Cette démarche vise à retirer ces délits du champ du droit pénal et à les traiter plutôt comme des questions civiles. Cette réforme serait une étape importante vers la garantie de la liberté de la presse et la protection des journalistes contre les sanctions pénales pour avoir simplement fait leur travail.

La Journée Mondiale de la Liberté de la Presse est une occasion importante de réfléchir à l’état de la liberté de la presse dans le monde et à ce qui peut être fait pour l’améliorer. Au Cameroun, le RMPLP est en première ligne de ce combat, en travaillant sans relâche pour promouvoir la dépénalisation des délits de presse et pour faire avancer la cause de la liberté de la presse.

Alors que nous célébrons cette journée, rappelons-nous que la liberté de la presse est un pilier essentiel de toute société démocratique. Sans elle, le droit des citoyens à l’information et leur capacité à tenir les dirigeants responsables de leurs actes sont sérieusement compromis. En cette Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, engageons-nous à soutenir la dépénalisation des délits de presse et à travailler ensemble pour un avenir où la presse est véritablement libre.

Les Délits de Presse : Un Obstacle à la Liberté d’Expression

Les délits de presse, qui incluent la diffamation, les insultes et les injures, sont souvent utilisés comme des outils pour réprimer la liberté d’expression. Au Cameroun, ces délits relèvent toujours de la compétence du juge pénal, ce qui expose les journalistes à des sanctions pénales, parfois sévères. Cette situation est non seulement contraire à la liberté de la presse, mais elle entrave également le travail des journalistes et entrave le libre flux de l’information.

En dépit des défis, le Cameroun fait face à une opportunité majeure pour réformer sa législation sur la presse et renforcer la liberté d’expression.

Akono Mbiada / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *