CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Politique

Législative et municipale : le SDF entre le marteau et l’enclume

Pris entre les sécessionnistes et l’appât du gain, le parti de la balance ne sait plus à quel saint se vouer.

S’il y a un parti qui broie du noir actuellement c’est certainement le Social Democratic Front (SDF), qui depuis l’annonce du double scrutin du 09 février ne sait plus sur quel pied se tenir. On sait que ce parti avait été le premier à annoncer son désistement au double scrutin législatif et municipal, avant de se raviser quelques heures plus tard. Il est également connu que bien après que le MRC, son rival, eût signifié son boycott, le vice-président du SDF a dû convier les médias pour nuancer sa position: le parti conditionnait sa participation au retour de la paix dans les deux Régions anglophones en proie à une crise sécuritaire profonde. Toute chose qui aux yeux de observateurs semblait très peu probable, vu le temps imparti
Mais pendant que le SDF fait la ‘’danse bafia’’, avec un pied cassé, il est pris à parti par les sécessionnistes.

Il faut souligner que ses derniers qui font des pieds et des mains pour qu’il n’y ai pas d’élection dans les deux Régions anglophones, menaçaient de sévir si jamais ce parti prenait part au dit scrutin. Afin de les contraindre à renoncer à l’échéance de février, les ambaboys sont depuis quelques temps passé à l’acte, en kidnappant les membres de la famille de Ni John Fru Ndi, et en incendiant les résidences de quelques pontes de ce parti. Le moins qu’on puisse dire est que les candidats et les élus du SDF dans cette zone en conflit souffre un véritable martyr, c’est d’ailleurs pour cette raison que nombre d’entre eux se sont retirés de la course. Il faut également dire que le vice-président Joshua Osih avait été menacé d’interdiction de séjour dans le vieux continent par les ‘’antisardinards’’ si jamais, il prenait part au scrutin couplé de février.

Lire aussi
Joshua Osih: « Le contentieux postélectoral est une farce»

Au regard de la situation qui prévaut dans le NOSO, ainsi que des menaces auxquelles fait face le parti de la balance, on se serait attendu qu’il jetta l’éponge, d’autant plus que le Sud-Ouest et le Nord-Ouest constituent le terreau d’où il tire l’essentiel de son électorat et de ses élus. Pourquoi le SDF s’obstine-t-il à prendre part aux élections du 09 février ? selon certaines indiscrétions, le parti aurait reçu beaucoup d’argent, des milliards dit-on. Une thèse que les plaintes du secrétaire de ce parti dans un département du Nord-Ouest semble corroborer. De ce fait, le SDF se trouve aujourd’hui confronté à un dilemme : partir ou pas partir ? Comme Daouda dans l’opus musical ‘’la femme de mon patron’’ il s’agit d’un choix difficile : prendre part aux élections c’est essuyer la foudre des sécessionnistes, ne pas y aller c’est trahir le pacte signé avec le gouvernement. Affaire à suivre !

Lire aussi
Cameroun-Anniversaire : Le SDF a 30 ans

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer