Le Parti démocrate italien rejette la candidature de Frattini pour « liens avec la Russie »

Frattini

Les représentants du Parti démocrate (PD) italien et du parti Italia Viva ont laissé comprendre qu’ils rejetaient l’éventualité de la candidature de l’ancien ministre des Affaires étrangères et président du Conseil d’État, Franco Frattini, au poste de président. Selon La Repubblica, sa candidature a été examinée lors d’une rencontre entre Matteo Salvini, dirigeant de la Ligue, un des partis de centre droit, et Giuseppe Conte, dirigeant du Mouvement 5 étoiles et ex-premier ministre.

Selon le journal, Franco Frattini pourrait arranger le Mouvement, mais le chef d’Italia Viva, lui aussi ancien premier ministre, Matteo Renzi, a déclaré que son parti ne soutiendrait pas en tant que chef d’État « un politicien qui n’est pas assez pro-européen ni assez attaché à la politique de l’Atlantique Nord ». Lia Quartapelle, responsable des relations internationales au sein du PD, a notamment indiqué sur Twitter: « Les vents de la guerre qui soufflent sur l’Ukraine rappellent que l’Italie a besoin d’un président (homme ou femme) d’orientation pro-européenne et pro-Atlantique, sans ombres de relations incompréhensibles avec la Russie ».

Le secrétaire général du PD, Enrico Letta, a lui aussi exprimé sur Twitter sa préoccupation face à la situation « entre la Russie et l’Ukraine » et rappelé au centre droit de ne pas avancer de candidatures qui « partageront le parlement ».

Franco Frattini a dirigé le ministère des Affaires étrangères au sein du gouvernement de Silvio Berlusconi sans pour autant être membre de son parti Forza Italia. De 2004 à 2008, il a été commissaire européen à la justice et vice-président de la Commission européenne. Il a par la suite occupé différents postes, notamment celui de représentant spécial du président de l’OSCE pour la Transnistrie. Il est considéré comme expert en politique étrangère. Récemment, il a été nommé président du Conseil italien. Les médias ont rapporté qu’il avait été candidat non officiel de l’Italie à la tête de l’Otan, mais la direction de cette dernière est revenue à l’ex-premier ministre norvégien, Jens Stoltenberg.

Un second tour de vote à la présidentielle s’est tenu ce mardi lors d’une réunion commune des deux chambres du parlement avec la participation de représentants des régions. Avant le quatrième tour, le candidat doit totaliser les deux tiers des voix, mais jusqu’ici les partis politiques n’ont pas proposé de candidature appropriée.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *