Kiev a commis un crime en rejetant la résolution sur le néonazisme (opposition)

parti Plateforme d'opposition pour la vie

L’Ukraine n’a pas voulu condamner le nazisme en s’opposant à l’Assemblée générale des Nations unies à la résolution russe sur la lutte contre la glorification du nazisme et du néonazisme, commettant ainsi un nouveau crime contre des générations entières. Cette déclaration a été faite par le parti Plateforme d’opposition pour la vie (OPZJ).

« La Plateforme d’opposition pour la vie perçoit la politique des autorités, qui s’opposent à la condamnation de la glorification du nazisme et du néonazisme, comme un crime contre son peuple, un acte public de répudiation des exploits de millions de soldats et de civils ukrainiens – l’un des peuples ayant souffert le plus pendant la Grande Guerre patriotique [appellation de la Seconde Guerre mondiale en ex-URSS, ndlr]. Ce crime, de même que le pillage de l’Ukraine, le transfert de son contrôle à des forces extérieures, la destruction de son système de Santé, de son potentiel scientifique et industriel, ainsi que de la mémoire historique du peuple, est l’un des nombreux crimes des autorités ukrainiennes commis contre des générations entières », peut-on lire dans la déclaration publiée sur le site web du parti. Le parti estime que les dirigeants actuels du pays devront, tôt ou tard, assumer la responsabilité de ces actions.

Le parti estime que la position des autorités, notamment du président ukrainien Vladimir Zelenski, ressemble à celle de son prédécesseur Piotr Porochenko. « Flirter avec les nationalistes radicaux et les organisations profascistes, honorer ouvertement les complices des nazis et détruire la mémoire des héros de la Seconde Guerre mondiale – tout cela montre l’attention vive et sincère que les autorités actuelles portent à l’héritage idéologique du fascisme et du néonazisme« , estime le parti. En tant qu’exemple de similitude du régime actuel avec les régimes nazis, l’OPZJ a mentionné l’antisémitisme en Ukraine, la lutte contre la dissidence, l’incitation à la haine ethnique et la propagande.

L’opposition a rappelé que, face au « danger de la restauration des idées néonazies en Ukraine », elle avait créé un mouvement public appelé Front ukrainien pour la protection de la mémoire historique, qui « s’oppose systématiquement aux actions des autorités visant à détruire la mémoire des héros qui ont donné leur vie pour la liberté du peuple et de leur patrie pendant la Grande Guerre patriotique« .

Vendredi, les États-Unis et l’Ukraine ont de nouveau été les seuls pays à s’opposer à une résolution russe contre la glorification du nazisme et du néonazisme adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU. Au total, 121 pays avaient soutenu le document, tandis que 53 se sont abstenus. Le document a finalement été adopté.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *