Investir au Cameroun: Les pôles d’investissements

Plusieurs ministres ont présenté les secteurs dans lesquels leurs ministères offrent des opportunités à saisir par les investisseurs.
Le ministère des Travaux publics (Mintp) est l’un des ministères qui a le plus grand nombre d’opportunités d’investissements. Illustration : Le programme de réhabilitation et de développement des aéroports ; la réhabilitation de 200km de voie chaque année ; la réhabilitation des axes Douala-Yaoundé et Edéa-Kribi en 2016 ; l’étude en cours pour la réalisation d’un troisième pont sur le Wouri, d’un deuxième pont sur la Sanaga et la Bénoué ; le chantier au port de Limbé ; la réalisation de 100 km de voie ferrée d’ici 10 ans ; des projets de partenariats publics-privés en cours de préparation. Et, à en croire le Mintp, « les besoins du Cameroun en infrastructures dans les travaux publics dans les 10 prochaines années se chiffrent à 10 000 milliards Fcfa ».
Dans le domaine de l’habitat, les investisseurs ont également plusieurs possibilités d’investir au Cameroun. « C’est un secteur qui a des potentialités qui ne sont pas bien exploitées. D’après l’Onu Habitat, le Cameroun avait un déficit de logements en 2004 avec un taux d’accroissement de 10 000 logements par an », explique Jean Claude MBwentchou, ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), qui invite les investisseurs à se lancer dans l’immobilier, surtout que, avoue t-il, « le programme de 10 000 logements  mis en place par le gouvernement est peu ». Dans le domaine de l’eau et de l’énergie, plusieurs chantiers sont à réaliser.  La construction d’un champ éolien à Kaélé ; la construction d’une usine de liquéfaction de l’engrais ; la fourniture du gaz naturel par pipeline à Douala ; les projets prioritaires de la zone de Bakassi ; les projets d’augmentation de la production des eaux en zone urbaine sont autant de projets énumérés par les responsables du Ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee).
Le secteur de l’élevage, des pêches et de l’industrie animale n’est pas en reste. « Il n’y a aucune entreprise qui fait dans la pêche des crevettes au Cameroun, pourtant le pays regorge de beaucoup de crevettes. Aucune licence pour la pêche des crevettes n’a encore été délivrée. Je sus disposé à délivrer cette licence et à accompagner les investisseurs dans ce secteur », note le Minepia. Cependant, le secteur où l’investissement est le plus coûteux est le secteur minier « parce que cela nécessité des investissements lourds », note un responsable du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmindt). Ce dernier relève par ailleurs des informations que doivent savoir toute personne qui veut investir dans ce secteur. « Les investissements vont de 7 à 12 ans et le retour sur investissement se fait à partir de la 10ème année après avoir investi. Les investisseurs peuvent donc venir au Cameroun, mais, ils doivent respecter la réglementation en vigueur », précise t-il.

Blaise Djouokep

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *