Il reste des différends dans la négociation du sixième paquet de sanctions antirusses

sanctions

Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, a exhorté ce jeudi l’UE à accélérer le renoncement au pétrole russe, mais n’a pas pu donner une date pour une sixième série de sanctions qui inclurait un tel embargo.

« Nous réduisons rapidement notre dépendance vis-à-vis des vecteurs énergétiques russes », a déclaré M. Breton à la chaîne de télévision française LCI. « Le fait que le sixième paquet n’ait pas encore été adopté n’est pas dû à des différends politiques, mais aux niveaux différents de dépendance des pays de l’UE vis-à-vis du pétrole russe. »

Thierry Breton, en particulier, a souligné la position de Budapest. « La Hongrie dépend à 100% des ressources énergétiques russes, et nous devons en tenir compte », a déclaré le commissaire européen.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a déclaré ce mercredi que l’Union européenne espérait parvenir à un compromis sur l’embargo pétrolier contre la Russie à temps pour un sommet communautaire extraordinaire les 30 et 31 mai.

Pendant ce temps, les pays de l’UE ont été incapables de parvenir à un compromis sur le sixième paquet de sanctions contre la Russie pendant près de trois semaines. La chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré le 4 mai qu’il devrait être approuvé « d’ici quelques jours ». La Commission européenne a proposé d’introduire une interdiction d’importation de pétrole brut en provenance de la Fédération de Russie six mois après l’entrée en vigueur du sixième paquet, et d’importation de produits pétroliers – à partir de 2023. En outre, von der Leyen a appelé à l’interdiction du transport du pétrole russe par les pétroliers européens.

Ce plan s’est heurté à l’opposition de la Hongrie avec le soutien de la Slovaquie et d’un certain nombre d’autres pays de l’UE. Ils sont convaincus que ces mesures porteront un coup dur à leurs économies et, à terme, pourront même être bénéfiques à la Russie, puisqu’elles conduiront inévitablement à une augmentation du prix du pétrole, que la Fédération de Russie pourra fournir vers l’Asie et d’autres régions.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *