Gabon : le deuxième coup d’état manqué de l’histoire... - 237online.com
Afrique

Gabon : le deuxième coup d’état manqué de l’histoire…

Alors qu’ils tentaient de prendre le contrôle du pays d’Ali Bongo lundi 7 janvier 2019, un dizaine de militaires se réclamant de la garde républicaine a été neutralisé par les forces loyalistes.

En effet, les militaires ayant pris le contrôle de la radio nationale ont lu un communiqué, par le lieutenant ONDO Obiang Kelly, commandant adjoint de la compagnie de la garde d’honneur. Ces militaires prétendaient agir au nom du mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité. Les commandos ont appelé leurs compatriotes sur la radio d’État au soulèvement, soi-disant, pour « sauver le pays du chaos ». Aux dernières heures, le meneur de ceux qu’on appelle désormais « plaisantins » a été “maîtrisés et arrêtés” par les hommes du GIGN gabonais, à en croire le site d’information Guy-Bertrand Mapangou, ministre de la Communication et porte-parole de la présidence. Selon la même source deux putschistes ont été tués et les otages retenus dans le bâtiment de la radio de Libreville libérés. Vingt-quatre-heures après la mutinerie, le Gabon se réveille et la vie reprend même si internet n’est pas encore rétabli.

Rappelons que ce coup d’État avorté survient après celui de 1964, qui se déroula entre le 17 et le 18 février, à l’initiative de militaires Gabonais qui se dressèrent contre le président Léon MBA. En 1964 l’ordre avait été rétabli avec le concours du président français, Charles de Gaulle en application d’un traité de 1960 signé entre les deux pays au moment de l’indépendance du Gabon ; pour le Putsch de ce 7 janvier le coup de grâce est venu des forces des défenses et des populations qui sont restées loyales à leur Président.

Alexis VOFFO, 237online.com

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer