AfriqueEconomie

Franc CFA et servitude: Les africains doivent s’affranchir du joug français

S’il est connu de tous que le CFA est la vache à lait de la France, peu sont ceux qui savent que grâce à cette monnaie, elle emprunte et paye ses dettes sans débourser un seul radis.

Le franc CFA qui initialement signifiait franc des colonies française d’Afrique, avait été créé aux encablures des années d’indépendance par la France pour embrigader ses colonies auxquelles elle était bien obligée d’accorder un simulacre d’autonomie. La particularité de cette monnaie est qu’elle dépendait entièrement du trésor français, à travers un compte d’opération. En simple le CFA qui n’est pas connu sur le marché financier international jusqu’à nos jours, doit transité par le trésor français dans toutes ses transactions à l’extérieur.

Outre les accords secrets qui permettent d’essorer l’Afrique depuis plus de 50 ans, la France grâce au mécanisme savamment orchestré du CFA, continue de spoliée l’Afrique de ses richesses. Voici en termes simples une ébauche de ce mécanisme.

Lire aussi
Appel à candidatures au Programme d'Entreprenariat TEF 2020 de la Fondation Tony Elumelu

Quand un Etats africain un prêt de 100 000 franc à la Chine par exemple, cette somme est déposée au trésor français. Immédiatement, 50 000 de cette somme est abandonnés pour la garantie de la monnaie, 150 000 francs sont réclamés pour la conversion en CFA, 350 000 seront convertis en francs CFA et remis à l’emprunteur. Au bout de compte, l’Etat en question n’aura perçu que les 1/3 de l’argent emprunté, mais remboursera la totalité des 100 000 plus les intérêts qui parfois est l’équivalent de la somme empruntée. Dans ses conditions il est aisé de comprendre que l’Afrique ne sortira jamais du surendettement. Pour parler trivialement comme au quartier, le « Katika » récupère les 100 000, soutire 65 000 et remet le reste au « Mbout », mais c’est le Mbout qui va tout rembourser, y compris les intérêts. On comprend dès lors pourquoi les pays colonisés par la France sont les plus pauvres du monde.

Lire aussi
Port Autonome de Douala: DIT dénonce la campagne médiatique diffamatoire de la part de l'autorité portuaire

Cerise sur le gâteau, et c’est la plus-value de la roublardise, la France qui a autant besoin d’argent que les africains, « au lieu d’aller emprunter auprès des chinois et rembourser le capital, les intérêts et les pénalités éventuelles ainsi que les agios, elle envoie ses amis « dictateurs » le faire pour elle ». c’est pourquoi, le basculement du CFA vers l’Ecos en 2020, pour les pays de l’Afrique de l’Ouest, est perçu comme l’hirondelle qui annonce le printemps, pour les peuples africains qui veulent s’affranchir du joug français.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer