Fesmudap/Sapar 2019: Le patrimoine culturel, Archéologique et traditionnel des facteurs d'unité nationale

L’esplanade de la délégation régionale des arts et de la culture de l’Est a servi de cadre à la 2e édition du festival des musiques et danses patrimoniales et, du salon des arts patrimoniaux et de l’archéologie.

Institués il ya deux ans, le festival des musiques et danses patrimoniales (Fesmudap) ainsi que le salon des arts patrimoniaux et de l’archéologie (Sapar) sont devenus des évènements majeurs du calendrier culturel camerounais. Selon Parfait Olinga Bingonga, délégué régional du Minac/Est : « l’édition de 2019 est particulière du fait de son format. Les activités du Fesmudap et du Sapar contrairement aux éditions precedantes se sont deroulées du 16 au 17 decembre 2019 et de façon synchronisée sur l’ensemble du pays ».

Avec l’exacerbation des discours haineux, du tribalisme et de la violence, le contexte de 2019 nécessite que les artistes, les hommes et femmes de cultures se mobilisent pour contribuer à leur manière à la consolidation de la paix, la fraternité, l’humanité et le vivre ensemble harmonieux. Pour le président du comité local d’organisation, Grégoire Mvongo les artistes et hommes de culture qui sont par essence, des hommes libres, doivent donner de la voix face à ces foyers de tensions et ces replis identitaires parfois instrumentalisés.

Le thème de cette seconde édition étant : « Contribution du patrimoine culturel, Archéologique et traditionnel dans la consolidation de l’unité et le vivre ensemble harmonieux au Cameroun». À Bertoua, chef-lieu de la région de l’Est, le village du Fesmudap et Sapar a présenté une partie des vestiges collectés sur l’emprise globale du projet de Lom Pangar. Avant de couper le ruban et visiter les stands d’exposition, le gouverneur n’a pas manqué d’encourager les hommes de culture du Soleil Levant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *