Politique

Exclusif: Un mandat d’amener en préparation pour Ferdinand NGOH NGOH

Des indiscrétions glanées par WEEK INFOS dans l’entourage de Ferdinand NGOH NGOH, l’on apprend que le SGPRC ne se rendra pas à la convocation du TCS de ce 18 Octobre.

Cela risque d’être la défiance de trop, car selon un fin connaisseur des procédures du TCS, il y sera alors contraint par tous les moyens. Notre source parle alors d’un mandat d’amener en préparation pour Ferdinand NGOH NGOH au cas où…

C’est donc un véritable tournant dans l’affaire dite COVIDGATE ce 18 Octobre. WEEK INFOS l’a appris, tous les acteurs ont été auditionnés : le Premier Ministre, Chef du Gouvernement qui a été entendu à la Primature, les ministres impliqués, les prestataires… Seul Ferdinand Ngoh Ngoh, SGPRC et surtout patron de la Task Force en charge de la gestion de la riposte gouvernementale à la Présidence a refusé de s’expliquer devant les enquêteurs du TCS.

Lire aussi
Cameroun : Ferdinand Ngoh Ngoh peut-il sauver la fonction publique ?

Ce dernier a même accordé une faveur au SGPRC en lui faisant tenir un questionnaire. 20 jours après, pas de réaction. Un délai supplémentaire de 8 jours lui est accordé sans suite. Cette  » rébellion  » de Ferdinand NGOH NGOH va énerver le Président du Conseil Supérieur de la magistrature, Paul Biya ( himself) qui va donner son accord pour que son principal collaborateur soit auditionné. C’est donc un TCS encore plus galvanisé et déterminé qui va servir une convocation au SGPRC pour ce 18 Octobre et s’il rechigne,  » on ira le chercher » lance un Avocat contacté par WEEK INFOS.

Alors que l’entourage du SGPRC crie à l’acharnement et à la cabale, les enquêteurs du TCS ne rechercheraient que des éléments de réponse à certaines questions: Sur quels critères s’est basée la Task Force dirigée par Ferdinand NGOH NGOH pour choisir les prestataires dans le cadre des marchés COVID19? Quels étaient les éléments de facturation?

Lire aussi
Cameroun - Sindjoun POKAM: « Paul Biya, le despote doit partir »

Quelles les modalités de paiement des prestataires ?  » Tout le reste n’est que bavardage. Si lequi lui a été envoyée, on en serait pas là. Il a lui même cherché ses problèmes » sursurre un Inspecteur d’État.

L’audition du SGPRC ce jour est un indice clair que Paul Biya ( Premier Magistrat) a suffisamment d’éléments à charge contre son collaborateur. Il est important de savoir que dans le système Camerounais, un ministre ne peut faire l’objet d’une enquête qu’après accord du chef de l’Etat. Et comme le démontre un journaliste à Yaoundé, l’affaire est grave.

Lire aussi
Cameroun : que vont devenir les stades après la CAN ?

WEEK INFOS

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page