ENEO Cameroun oblige les élèves à préparer le BAC 2015 dans le noir

La compagnie de distribution d’électricité a appliqué avec rigueur son planning de délestage dans la ville de Yaoundé jusqu’à ce dimanche, 31 mai c’est-à-dire à la veille du Baccalauréat.Un volumineux cahier de littérature grand format sous les yeux et quelques autres volumes cornés à sa gauche, Nelly Mbady fait partie des plus de 90 000 candidats appelés à passer l’examen du Baccalauréat de l’enseignement général ce 01er juin 2015 au Cameroun. Pour le premier jour de composition, la jeune candidate va faire face à une épreuve de littérature et à une autre de langue française. Elle pense s’être bien préparée tout au long de l’année. Tout au long de l’année peut-être, mais pas forcément pendant la dernière semaine. Il n’est tout simplement pas possible de réviser la nuit, explique-t-elle. La cause ? La fourniture d’électricité est devenue de plus en plus instable au fur et à mesure que l’échéance du Bac approche. La preuve, à la veille du Bac, il a encore fallu s’accommoder de l’obscurité. «Je me demande pourquoi ils ont choisi de couper la lumière dans une pareille circonstance, s’interroge désabusée Marguerite, la mère de la jeune fille. Pendant toute la journée, il n’y avait pas de problème. Mais dès que la nuit est arrivée, ils nous ont privés d’électricité. C’est dommage pour le Cameroun».
Pendant que la maman discute avec le reporter, Nelly monte la mèche de la lampe. Une petite lampe à pétrole qui distille une lueur poétique qui rappelle les longues soirées de contes au village. Mais lorsqu’il s’agit de relire des notes à la veille d’un examen à la mesure du Bac, la poésie la plus tamisée est incapable de remplacer la réalité.
Une coupure d’électricité à quelques heures du Bac est-elle si grave, après tout ? La question amuse l’adolescente. «Si on ne nourrit pas la poule le jour du marché philosophe-t-elle, c’est quand même le dernier coup de hache qui abat l’arbre». Traduction : un dernier coup d’œil dans un cahier ou dans un livre peut permettre d’enregistrer une information salutaire que l’on aurait manquée autrement. Mais dans le noir, la lampe tempête identifiée ici comme «ancien Sonel» est d’un bien maigre secours notamment pour le grand nombre de candidats de lycées habitué à travailler sous la lumière blafarde des lampes à incandescence.

[b]Crise hydraulique[/b]
Du point de vue d’ENEO, il ne s’agit bien entendu pas d’un problème particulier avec les candidats aux examens officiels – à noter que les examens des Baccalauréats techniques et ceux du GCE Board se sont déroulés dans les mêmes conditions. L’entreprise de distribution d’électricité a expliqué dans un communiqué le 28 mai 2015 que la baisse des niveaux de réserve d’eau dans les deux principaux barrages du Cameroun la contraint à procéder à des délestages programmés. Parce que la crise hydraulique sévit, chacun aura forcément son tour chez le fournisseur. Ce 31 mai, pour ne s’en tenir qu’à la ville de Yaoundé, quatre arrondissements sur sept ont été plongés dans l’obscurité par endroit. Il faut pourtant le reconnaitre, à côté des quartiers comme Mimboman où vit la famille de la candidate Nelly, d’autres zones de la ville été épargnées par les bons offices du planning établi d’une manière discrétionnaire par les agents d’ENEO.

[b]William Bayiha[/b]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *