Emprunt obligataire: Le Cameroun va continuer à s’endetter

Croissance

Le rapport 2015 du FMI sur les perspectives économiques régionales pour l’Afrique sub-saharienne, dénommé « faire face à un environnement qui se dégrade », a comme les précédents, reproché à certains Etats tel que le Cameroun d’accroître «excessivement» sa dette.
Cette fois, la réponse des autorités camerounaises ne s’est pas faite attendre. «Est-ce qu’on n’insiste pas trop sur l’accroissement de la dette et non sur la qualité de la dette ?», s’est étonné Louis Paul Motazé, ministre de l’Economie de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat). Il explique que le Cameroun mène de grands investissements qui nécessitent d’importants moyens. Il poursuit en indiquant que le pays ne peut pas se focaliser sur les emprunts concessionnaires qui ne garantissent que des petits crédits, incapables de financer les projets d’envergure.
Ainsi ajoute t-il, le Cameroun va vers des bailleurs qui proposent de gros financements à des taux d’intérêts faibles et à des délais lui permettant aisément de rembourser ses dettes. Et donc, «le Cameroun va continuer à s’endetter». Au cours de la séance de présentation du rapport 2015 du FMI, le ministre des Finances Alamine Ousmane Mey, va renchérir en affirmant que «le Cameroun met un accent sur la diversification des guichets. La dette ne vise pas à compromettre l’avenir de nos enfants et petits-fils.
Au contraire elle vise à leur aménager des bonnes conditions de vie demain. En remboursant, on s’assure que les projets qui ont nécessité l’endettement ont tous été réalisés». Dit ainsi, le nouveau représentant du FMI au Cameroun, Kadima Kalonji a tenu à repréciser les termes du rapport. : «Le rapport ne demande pas aux Etats de ne plus s’endetter. Mais de mettre un accent sur les activités moins onéreuses. Aussi de s’assurer de faire des priorités sur les ressources que la dette viendrait à financer afin que les dépenses aient un impact sur la croissance dans un délai raisonnable. Et puisse permettre le remboursement de cette dette », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *