Afrique

Élections à la Caf : Ahmad, Constant Omari et Kheïreddine Zetchi hors-jeu

Leurs candidatures ont été rejetées par la Fédération internationale de football association.

Le premier, déjà suspendu par l’instance mondiale, briguait un second mandat à la tête de la Confédération africaine de football, tandis que le deuxième, actuel patron par intérim du foot africain, visait un siège au Conseil de la Fifa comme Zetchi. Coup de tonnerre à la Caf ! A la surprise générale, la Commission de contrôle de la Fifa vient de rejeter les candidatures d’Ahmad, de Constant Omari et de Kheïreddine Zetchi pour les élections de la Confédération africaine de football prévues le 12 mars 2021 à Rabat. Alors que tous les pronostics étaient en sa faveur, tout semble basculer pour l’actuel président par intérim de la Confédération africaine de football. Contre toute attente, Constant Omari, ne pourra pas briguer un nouveau mandat au sein du gouvernement du football mondial (Conseil de la Fifa). Sa candidature pour les élections à la Caf prévues le 12 mars 2021 ayant été rejetée par la Commission de contrôle de la Fédération internationale de football ce 26 janvier 2021.

Le Congolais n’est pas « éligible » en raison « d’une enquête formelle en cours par la commission d’éthique de la Fifa » a indiqué, dans un courrier adressé à l’administration de la Caf, le patron de la Commission de Contrôle de la Fifa, Mukul Mudgal. Certes Constant Omari fait l’objet depuis plusieurs semaines d’une enquête de la justice interne de la Fifa mais il n’a pas été condamné. Mukul Mudgal ndique que le patron du football algérien ne pourra pas davantage prétendre à une place au sein du Conseil de la Fifa. Selon sa Commission, qui a évalué les dossiers des candidats au prochain scrutin de la Caf, Kheïreddine Zetchi, a omis de «signaler des sanctions imposées par la Caf et la Ligue de football professionnel d’Algérie ».

Lire aussi
Urgent : Luca Attanasio, ambassadeur d'Italie en RDC tué

Litiges sportifs

Enfin, sans surprise, le désormais exprésident de la Caf, Ahmad, n’a pas non plus reçu le feu-vert de la Fifa pour prétendre à sa propre succession, dans deux mois. Fin, novembre, le Malgache avait été suspendu cinq ans de toutes activités liées au ballon rond par la Commission d’éthique pour des faits supposés d’abus de pouvoir et de détournements de fonds notamment. Il a depuis déposé un recours auprès du Tribunal arbitral du sport (Tas), instance suprême en matière de litiges sportifs. La Fifa a en revanche homologué les candidatures de Jacques Anouma, d’Augustin Senghor, de Patrice Motsepe et d’Ahmed Yahya à la présidence de la Caf.

Lire aussi
Urgent : Laurent GBAGBO et Charles Blé Goudé définitivement libre

Ces deux derniers avaient pourtant vu leurs dossiers partiellement validés par la Commission de gouvernance de la Caf, l’organe chargé d’apprécier la probité des prétendants à la présidence de la Caf, à un poste au sein de son gouvernement (Comité exécutif de la Caf) ou à une place au Conseil de la Fifa. Motsepe et Yahya étaient censés être auditionnés par la Commission de gouvernance de la Caf, ce 28 janvier.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page