Politique

Diaspora camerounaise : ces chroniqueurs du chaos

Ces compatriotes installés en occident et aux États-Unis se sont spécialisés dans la production des données ternissant l’image du Cameroun.

La toile fait des libertins, spécialisés dans la prophétie du chaos. Ils l’enflamment à longueur de journée avec des « Breaking News » abracadabrantesques. Il fallait en effet se connecter sur Facebook en période électorale pour savoir que le Cameroun est « à deux doigts de l’embrasement. Un pays ingouvernable où les puissances étrangères s’apprêtent à chasser son dirigeant. » La vérité sous l’angle virtuel. L’élection présidentielle a ainsi offert l’occasion à ceux-là de décrypter, de prédire, et même de proclamer les résultats. Et comme on pouvait s’y attendre, « la présidentielle a été émaillée de fraudes massives ; le Conseil constitutionnel est corrompu ; c’est Maurice Kamto qui a été élu. »
Des logorrhées abjectes de ce genre sont régulièrement partagées comme un virus d’un mur à l’autre. Pour ces compatriotes d’une autre espèce, le Cameroun est pire que tout. « La corruption y a fait son lit ; le tribalisme est le modèle de gouvernance ; la sécession est la voie royale pour exprimer les revendications… » Pour ces spécialistes de ce Cameroun où rien ne marche, on ne doit pas passer un jour sans inventer une histoire qui jette le discrédit sur les institutions de la République et ceux qui les incarnent. De la parole aux actes, des marches sont régulièrement organisées dans des villes européennes par ces « compatriotes », dont l’objectif est, arguent-ils, « le chassement », ou la « dénonciation du hold-up électoral. »
Dans le prolongement de cette campagne de dénigrement et de division du Cameroun et des Camerounais, des concepts sont nés :
« Tontinard » ; « Sardinard ». Allez savoir ce que ça signifie. Désormais, certains artistes par exemple ne sont plus admis à des spectacles en
Europe. Toute une « brigade anti-sardinards » a été créée pour saboter les entreprises culturelles de ces artistes libres d’exprimer leurs
opinions et choix politiques.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer