Economie

Développement participatif : Une application pour le suivi des projets

Conçue par Transparency international Cameroun, cet outil permettra désormais aux populations des six communes cibles d’interpeller les élus locaux sur la conception et la réalisation des projets.

Il est difficile pour les citoyens d’être informés ou de suivre les projets conçus ou en cours de construction dans leurs localités. Ceci s’explique par l’opacité, l’exclusion et même le manque de responsabilité de la part des élus locaux. Face à cette réalité qui plombe le développement à la base, Transparency international Cameroun a mis en œuvre l’application « localaction4developpement », téléchargeable, permettant aux citoyens de participer à la gouvernance locale. Cette application a été présentée aux communes bénéficiaires, les acteurs de la société civile, hier jeudi 23 septembre à Bafoussam. « Quand je parle de la société civile, il ne s’agit pas seulement des organisations structurées. Elle s’attend même aux citoyens. Les représentants à cette rencontre, sont essentiellement les associations de femmes, de jeunes et de groupes vulnérables : les personnes handicapées. L’objectif recherché est le renforcement de la participation citoyenne à la conception et à la mise en œuvre des politiques de développement local. Cette participation passe par une franche collaboration avec les exécutifs communaux et les citoyens qui ne peuvent pas facilement se déplacer », a déclaré Francis Simeu, chef de projet.

Cet outil conçu avec l’accompagnement financier de l’Union européenne, a pour objectif, selon les déclarations des responsables de cette organisation, de renforcer les réseaux de redevabilité au sein de la société civile dans communes de Bafia dans la région du Centre, Bafoussam 1er et 2ème à l’Ouest, Bamenda 1, 2 et 3 dans la région du Nord-Ouest. Il vise à créer les mécanismes de responsabilisation verticaux et horizontaux, des institutions de contrôle et des autorités locales et un réseau d’organisations locales pour une mise en œuvre réussie de la décentralisation avec la participation effective des citoyens au développement local dans les localités cibles du projet. « Chaque fois qu’on travaille dans un vase clos, on peut faire beaucoup choses qui ne contribuent pas forcement à l’amélioration des conditions de vie des populations. Avec cet outil qui va désormais permettre aux citoyens d’avoir un regard critique sur les projets de leur commune, je crois que chacun va essayer de s’améliorer. C’est un contrôle de plus qui nous permettra de donner de meilleur de nous-même. Il nous permettra également d’être en contact permanent avec nos populations. Nous allons désormais pouvoir discuter des projets avec les citoyens », a salué Cyrille Nyannang, maire de Bafoussam 1er.

Selon les responsables de Transperency international Cameroun, il s’agira à long terme, de créer au niveau des communes ciblées par ce projet, des comités locaux de veille et d’action citoyenne. Ils auront pour mission de collecter les désidératas des populations locales dans le but de les présenter aux exécutifs communaux. Des avis qui pourront être pris en compte lors l’élaboration des plans d’investissement annuel et communal de développement. Ainsi, les communautés verront leurs besoins satisfaits. En même temps, les exécutifs communaux travailleront en étant convaincus de satisfaire les besoins des populations.

Aurélien Kanouo

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page