Des organisations paysannes africaines coordonnent leur action contre la pauvreté

Cinq regroupements d??associations villageoises d??Afrique se sont réunis à Yaoundé pour harmoniser leurs actions afin de combattre la pauvreté. Mercredi dernier, sur les hauteurs du Mont Fébé, un réseau africain d??associations villageoises opérant dans les quatre coins du continent est né de la rencontre intitulée : »Atelier régional de

planification des organisations paysannes d??Afrique »qui s??est déroulé à Yaoundé depuis lundi dernier. Cinq regroupements sous-régionaux se sont donné rendez-vous à Yaoundé : le Réseau d??organisations paysannes et producteurs d??Afrique de l??Ouest (ROPPA), Estern Africa Farmers Federation (EAFF), South Africa Confederation of Agriculture Unions (SACAU), l??Union des organisations du Maghreb pour l??agriculture (UMAGRI) et la Plate forme sous-régionale des organisations paysannes d??Afrique centrale (PROPAC), association hôte. Objets de la rencontre : s??unir pour constituer une force, harmoniser leurs stratégies d??action pour sortir de la pauvreté, redorer l??image du paysan. Le former et l??informer pour qu??il soit capable d??exprimer ses besoins et de défendre ses intérêts au niveau où se prennent des décisions concernant le monde rural. Déjà, ce petit paysan doit se battre pour intégrer ce cercle de décision où dans certaines sous-régions comme l??Afrique centrale, il est absent. Il s??agissait pour la rencontre de Yaoundé, d??élaborer les stratégies pour répondre au mieux aux attentes de la base, du gouvernement et des bailleurs de fonds. Ce regroupement est devenu un impératif, a reconnu le secrétaire général du ministère de l??Agriculture et du Développement rural, Jean Claude Eko??o Akouafane qui ouvrait la cérémonie lundi. Par ces temps de crise alimentaire, il est plus que nécessaire pour les agriculteurs de l??Afrique d??élaborer ensemble la stratégie pour augmenter leurs productions et sortir les populations de la dépendance alimentaire. Pour cela, l??urgence d??une meilleure participation des paysans et des producteurs dans les espaces d??élaboration, de mise en ??uvre, de suivi- évaluation des politiques, programmes et projets en direction du monde rural, est avérée. Pour être efficaces, les paysans sont conscients d??y être représentés par des personnes compétentes et pouvant bien défendre leurs intérêts. Mercredi, la rencontre s??est achevée par une conférence de presse où les représentants des associations présentes ont réaffirmé leur rêve : faire de l??agriculture un métier noble, de l??agriculteur une personne respectée. Tourner la page du paysan ignorant, habillé en haillon qui subit les politiques pour le restaurer dans son statut d??acteur économique. Pour y arriver, il y a le défi de l??accès aux capitaux. La structuration des organisations paysannes africaines, la définition et l??harmonisation de leurs priorités ne sont pas les moindres. En trois jours de travail, les associations en concertation à Yaoundé élaborer une tactique à adopter. De toutes les façons, elles ont confié qu??il faudra qu??un jour, les leaders soient invités lors des Sommets des chefs d??Etat. Grosse ambition ? « Pourquoi pas », rétorque Elisabeth Atangana, l??hôte de l??atelier de Yaoundé ?
Jeanine FANKAM, Cameroun Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *