Société

Déclaration de l’Ouest : Les menaces d’Atanga Nji aux chefs traditionnels

Le Minat est venu répondre à la déclaration du Conseil des chefs traditionnels de l’Ouest Cameroun, lors d’une rencontre convoquée dans la ville de Bafoussam.

Deux mois après, jour pour jour, le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji ressasse encore la sortie du Conseil des chefs traditionnels de la région de l’Ouest (Ccto). Pour donner du change aux revendications de l’organisation des légats traditionnels de la région de l’Ouest, le patron de l’administration territoriale avoue avoir obtenu une contre correspondance signée du «Collectif des chefs traditionnels de la région de l’Ouest». Seulement, la seconde correspondance signée le 4 décembre 2020 ne semble pas avoir douché les revendications formulées dans la «Déclaration des chefs traditionnels de la région de l’Ouest» signée le 19 novembre 2020.

Le 20 janvier 2021, le ministre de l’Administration territoriale a tenu à dire son courroux de vive voix aux chefs traditionnels de la région de l’Ouest. Face à la soixantaine de représentants de l’autorité traditionnelle de la région, Paul Atanga Nji a indiqué que sa présence dans la ville de Bafoussam est liée «aux problèmes que les chefferies ont connu au cours de l’années 2020 dans la région de l’Ouest. Mais aussi les attitudes affichées par certains chefs de la région.» Plus explicite, le ministre de l’Administration territoriale martèle que «Paul Biya est le chef suprême des chefs traditionnels. Tous les chefs doivent lui faire allégeance comme vos sujets le font à votre endroit.»

Lire aussi
Cameroun - Inondation : Les habitants du quartier Bamileké dans l’eau

Eclatement des chefferies

Sur un ton martial, le Minat a indiqué qu’avant 1982 de nombreux chefs ont fait la prison. Tandis que d’autres sont allé en exil. Le membre du gouvernement justifie son courroux au sujet de la déclaration du Conseil des chefs traditionnels de l’Ouest Cameroun qui selon lui ce mémorandum «est la copie d’un projet politique rédigé par un Homme politique issu de la région de l’Ouest.» De même que Paul Atanga Nji soutient que les chefs sont des auxiliaires de l’administration avec laquelle ils doivent fonctionner en partenariat. «Je suis venu vous dire que lorsqu’il faut s’adresser au chef de l’Etat, il faut trouver les mots justes et le faire de manière confidentielle.» Une attitude qui selon Paul Atanga Nji serait la preuve de la posture républicaine des chefs traditionnels de la région de l’Ouest.

Lire aussi
Vaccination anti-Covid : Le Conseil constitutionnel saisi pour stopper la campagne

Dans une posture menaçante, le Minat a invoqué les «largesses» octroyées par l’Homme du Renouveau à de nombreux chefs de la région de l’Ouest. Dans la même veine, le ministre de l’Administration territoriale indique que «Plusieurs de vos sujets demandent l’éclatement de vos chefferies.» Une éventualité qui serait «refusée par le chef de l’Etat qui tient à protéger votre pouvoir.» De même que le Ministre de l’Administration territoriale affirme être intervenu auprès des magistrats pour empêcher la condamnation de certains chefs traditionnels de la région de l’Ouest, en indélicatesse avec certains de leurs sujets ou des partenaires d’affaire.

Joseph OLINGA N

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page