Société

Décès de Stephen Tataw : Eboua Elame étale la vérité des faits au grand jour

Contrairement à ce qui avait été dit, le journaliste sportif à la retraite, a fait savoir au cours d’un débat que le disparu a eu beaucoup d’argent, mais qu’il a été victime d’une double « frappes » qui l’aurait ruiné, d’où cette impression qu’il est mort misérable et abandonné.

Durant ce débat, Eboua Elame Mikado, a brossé de façon panoramique la vie de l’ancien capitaine des lions indomptable, qui récemment est passé de vie à trépas, dans des circonstances peu reluisante et pas digne de stature. Quand il a fini de jouer avec les lions, il a fait une brève carrière professionnelle au Japon, avant de retourner faire la vente des véhicules au pays. C’est ainsi que grâce à l’entregent d’Eboua Elame, Tatwa est recruté au Ministère des Sports comme l’adjoint de Nguidjol le Directeur Administratif des équipes nationale. Quand il part de là-bas quelques années plus tard, il reçoit 17 millions comme indemnité.

En 2014-2015, Tombi Aroko, vient de prendre la FECAFOOT. Il récupère Tataw et lui donne un salaire de 180 000 francs CFA par mois. Un salaire qu’il continue de toucher après le départ de Tombi. Après le Comité de Normalisation, Seidou Bombo Njoya arrive à son tour, et l’un des dossiers sur lequel il se penche c’est la situation de Tataw. Il fait passer son salaire à près de 500 000 francs.

Lire aussi
Cameroun: La Justice réclame 236 milliards Fcfa à Mebe Ngo’o

Entre temps TS est malade. On lui donne de l’argent pour aller se faire soigner, il bouffe cet argent, après quelques temps, son épouse décède. On constate à la FECAFOOT qu’il est physiquement en train de maigrir. Le président de la FECAFOOT, lui dit « dit moi de quoi tu souffres, pour que je te prépare une prise en charge dans un hôpital, au frais de la FECAFOOT », mais il refuse et préfère l’argent liquide.

Il faut aussi mentionner qu’il avait une villa de deux appartement au quartier Bastos qu’il a vendu respectivement à Rigobert Song et Maha Daher, pour aller en location au quartier Dragage. En sommes Tataw contrairement à ce qui avait été dit après sa mort, n’était pas indigent et n’a pas été abandonné. D’après les explications du journaliste sportif le N° 14 de l’épopée glorieuse de 90, a eu les problème d’argent du fait qu’il a été victime de la « frappe », de l’arnaque a deux reprises. C’est pour cette raison qu’à la fin, on a eu l’impression qu’il était misérable, et indigent, « mais je vous assure, ce je dis là, je mets ma main au feu que TS a été bien traité aussi bien au Ministère des Sports, que par la FECAFOOT », dixit Eboua Elame Mikado.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page