Décentralisation : La Banque mondiale prête 42 milliards F Cfa au Cameroun

Banque Mondiale

Il s’agit du financement de la troisième phase du Programme national de développement participatif (Pndp).
La troisième phase du Programme national de développement participatif (Pndp III) est lancée. Le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) et la Banque mondiale ont signé, hier à Yaoundé, un accord de prêt de 70 millions de dollars, soit environ 42 milliards F Cfa. Il s’agit du financement de la troisième phase du projet d’appui au Pndp. Cette troisième phase couvrira l’ensemble des 360 communes que compte le Cameroun. Améliorer la gestion des finances publiques au niveau local, systématiser au sein des communes, l’usage de l’ « approche participative » pour la réalisation des infrastructures sociales et économiques durables et de qualité. Financer les infrastructures sociales dans les domaines de l’économie, l’éducation, la santé, l’eau et l’assainissement. La composante N°1 vise aussi le financement de la construction des marchés ruraux et des routes rurales, qui sont tirés des Plans communaux de développement (Pcd) réalisés au cours des phases I et II du Pndp.
Ces infrastructures cibleront particulièrement les régions de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord, qui sont classées parmi les plus pauvres du pays.  Cela permettra à ces régions de faire face aux problèmes d’insécurité et au flux des réfugiés, à l’instar des régions de l’Est et de l’Extrême-Nord. A cause de la menace terroriste, cette dernière bénéficiera de près de 42% des financements alloués à la cette troisième phase du Pndp. La deuxième phase vise à apporter un appui institutionnel aux principales structures gouvernementales en charge du design et de l’implémentation du processus de décentralisation, notamment le ministère de l’administration territorial et de la décentralisation (Minatd) et le ministère des finances (Minfi). Cet appui consistera, entre autres, à un renforcement du cadre réglementaire existant, à l’achat d’équipements pour différentes opérations de cartographie à l’échelle communale.
Il servira aussi à la poursuite du déploiement du logiciel Simba, utilisé pour une meilleure tenue des états financiers au niveau des communes. La troisième composante quant à elle, financera la coordination du programme, ainsi que sa gestion administrative, technique et financière. Les résultats attendus sont entre autres : l’accompagnement des 360 communes du Cameroun dans l’élaboration de leurs Pcd, le financement de manière participative avec les populations de plus de 2500 micro-projets, la mise en place dans les communes cibles, d’un dispositif de maintenance et d’entretien des ouvrages, le renforcement des capacités logistiques et techniques des communes dans la maîtrise d’ouvrage commune.
En 2004, le gouvernement du Cameroun, avec l’aide de la communauté des bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux, a mis en place le Pndp. Il est conçu en trois phases de quatre ans chacune. C’est un outil de mise en œuvre du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce) au Cameroun, notamment dans l’axe du développement local d’une part et la stratégie de développement du secteur rural d’autre part.

Jean Daniel Obama

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *