Crise du NOSO : traquée par les FDS, une jeune camerounaises dans la tourmente crie au secours

Ngo-Lipot-et-Chacha

La nommée Ngo Lipot Baha Ange Teclaire, l’épouse d’un ancien leader séparatiste, en l’occurrence le Général Chacha tué le 27 janvier 2020 par l’armée camerounaise, et dont la nouvelle avait fait les choux gras des tabloïdes camerounais, est en ce moment entre le marteau et l’enclume et ne sait plus à quel saint se vouer. Lorsqu’elle a réussi à prendre la fuite à la mort de son conjoint, se croyant ainsi à l’abri des cruautés brutales des ambazoniens, la pauvre ignorait qu’elle allait aussi être la cible des Forces de Défense et de sécurité (FDS).

En effet, Ange Teclaire Ngo Lipot Baha, né le 20 avril 1994, aujourd’hui en fuite, est poursuivi par les fins limiers des Forces et Défense et de Sécurité camerounaise pour le motif suivant : « détention d’informations sensibles pour la sécurité de l’Etat ». Toute chose qui présume qu’elle est dans une situation pour le moins préoccupante. Il va sans dire que si rien n’est fait en urgence, elle finira par être arrêtée et traduite devant le tribunal militaire.

Dans le cas d’espèce, les tortures dans le but extirper d’elle quelques informations, ne sont pas à exclure. La jeune dame est actuellement dans un état psychosomatique inquiétant, d’autant plus qu’il y a deux ans, au début de cette crise dans le NOSO, elle a perdu son père et sa maman dans les affrontements et les règlements de compte entre les différentes factions des groupes séparatiste.

Aujourd’hui, presqu’au bord de la démence, cette jeune camerounaise se demande ce qu’elle a pu faire à Dieu pour mériter ce sort. Premièrement, elle n’était que l’épouse d’un séparatiste, fut-il chef de guerre. Et pour comble, ce dernier n’a pas demandé son avis pour intégrer les forces séparatistes. D’autre part, en tant que femme au foyer et n’assistant pas aux réunions des Ambaboys, de quelles ‘’informations sensibles pour la sécurité de l’Etat détiendrait-elle ?

On ne peut pas, sur la base du simple fait d’avoir partagé le même lit que le Général Chacha, prétendre qu’elle détient des ‘’informations sensibles pour la sécurité d’Etat’’. Quoi qu’il en soit, cette dame jure la main sur le cœur ne détenir aucune information susceptible d’aider l’armée camerounaise. Et comme dit l’adage : « à l’impossible nul n’est tenu ! ». Pour tout dire, si Ange Teclaire Ngo Lipot Baha ne bénéficie pas du soutien et de la protection des organisations de défense des droits de l’hommes et des libertés individuelles, elle sera arrêtée, incarcérée et torturée. Au finish, ce sera un coup d’épée dans l’eau et une victime innocente de trop…

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *