Coronavirus : les prestataires de service réclament le paiement de leurs factures

Jacquis KEMLEU TCHABGOU

Au Cameroun, les entreprises sollicitées dans la lutte contre le coronavirus, courent après les impayés de l’État.

Elles attendent toujours que l’État règle la facture. Parmi celles-ci, une dizaine d’hôteliers de Douala ayant accueilli des voyageurs en quarantaine.

En sommes, c’est près d’une trentaine d’entreprises qui s’inquiètent de n’avoir toujours pas été payées pour des contrats passés avec le ministère de la Santé dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus. Des impayés qui, selon elles, s’élèvent à plusieurs millions de F CFA et qui plombent la trésorerie de PME déjà durement frappées par la crise sanitaire. à titre d’illustration le cas spécifique Antoine Nzeubou, opérateur économique de dans la ville de Douala : « Mes prestations non payées s’élèvent à plus de 4 millions de F CFA près de 6 100 euros », affirme-t-il. Il a eu la charge de la conception et de la production de supports de communication pour le compte du ministère de la Santé. Cette somme, explique-t-il, représente « l’équivalent de ses bénéfices sur un trimestre ». Il affirme cependant que, « Les gros fournisseurs auxquels l’État a acheté du matériel médical ont été payés… ».

Après tout ce qui précède, on se demande comment se gère les fonds qui ont été dédiés pour la lutte contre le coronavirus, que certains prestataires soient en train, de courir après le payement de leurs factures. Au jour d’aujourd’hui, c’est des centaines de milliards qui ont été mis à disposition dans le cadre de cette lutte.

Il y a eu suffisamment de dons venant de toutes parts, ainsi que les fonds publics, pour qu’on puisse désintéresser tous ceux qui ont œuvré dans le cadre de l’éradication de la pandémie du Covid-19. Au moment où les soupçons de détournement des fonds de la lutte contre le coronavirus, font le buzz dans les réseaux sociaux, il est impérieux d’éviter ces incuries viennent en rajouter aux suspicions des camerounais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *