Politique

Conseil régional de l’Ouest : Focka Focka peut-il réussir l’accouchement en douceur?

Le premier président du Conseil régional de l’Ouest hérite de la mission d’implémenter la décentralisation avec des prérogatives restreintes.

Il est du genre tenace. Au terme des élections municipales et législatives du 9 février 2020, quand il a perdu la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er, beaucoup l’ont cru fini. Mais depuis ce temps, il est resté dans l’arène. Recevant des coups, distribuant, lui aussi, quelques fois. A 59 ans, le médecin spécialisé en santé et sécurité du travail tient dans sa blouse. Au terme du processus conduisant à l’élection puis la mise en place des conseils régionaux, Jules Hilaire Focka Focka défit certains pronostics en devenant le tout premier président de cet exécutif décentralisé régional.

La force de Jules Hilaire Focka Focka ? D’abord son appartenance au camp fort des apparatchiks du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) au pouvoir. Ensuite sa capacité à se repositionner dans l’espace politique local plutôt complexe. Le nouveau président du conseil régional de l’Ouest draine une réputation d’homme politique qui sait renouer même avec ses pires adversaires. Quelques temps après l’installation du conseil régional de l’Ouest, l’on l’a vu donner l’accolade au chef supérieur Bafoussam dont les relations avec le monarque sont restées brouillées pendant un long moment. L’homme indique d’ailleurs qu’il entend créer une synergie même avec toutes les composantes sociales, culturelles et politiques de la région pour la réussite des missions qui lui sont dévolues.

Lire aussi
Cameroun: Les chefs traditionnels durcissent le ton contre le régime

Assurément expérimenté, Jules Hilaire Focka est néanmoins confronté à une tâche ardue. Premier ressortissant de la région de l’Ouest à inaugurer l’institution en charge d’implémenter le développement local, il devra certainement puiser plus profond dans l’habilité dont il est crédité par ses laudateurs. Entre la détermination de bien faire et les gages de réussite qu’il affiche depuis son élection, le diplômé de la faculté de médecine d’Abidjan et de Cotonou doit garder à l’esprit qu’il n’intervient pas dans le cadre relativement «douillet» d’un cabinet médical.

Marge de manœuvre

Ancien médecin chef à la Clinique de Bafoussam et actuellement médecin chef et co-fondateur du Centre médico-chirurgical «S.O.S Ouest santé», le Docteur Jules Hilaire Focka Focka ne peut ignorer la résonance des prérogatives énoncées par le gouverneur de la région de l’Ouest. Attendu sur le terrain de la mise en œuvre effective de la décentralisation dans la région, le premier président bénéficie d’une marge de manœuvre plutôt congrue. Quelque soit sa hardiesse et sa détermination, l’homme qui tient officiellement la barre du Conseil régional de la région sait certainement que toutes les initiatives administratives et financières qu’il entend entreprendre doivent bénéficier de l’approbation du représentant de l’Etat.

Lire aussi
Cameroun - Régionales 2020: Le désaveu de Cabral Libii

Le rêve de Focka Focka d’accélérer le développement de la région de l’Ouest butte aussi sur l’absence actuelle de moyens financiers nécessaires à l’implémentation réelle de la décentralisation. Dans son entourage, des proches de l’ancien vice-président de l’Association des maires Rdpc de l’Ouest et ancien trésorier des Communes et villes unies du Cameroun (Cvuc), indique que Jules Hilaire Focka Focka sait pouvoir compter sur la maîtrise des réseaux qui sont les siens. Ses proches relèvent avec un enthousiasme certains le prix de «Meilleur maire de l’Ouest» qui lui a été décerné par le Guichet de performance du Programme national de développement participatif (Pndp), en 2019. De même que ses camarades saluent sa longévité à la tête de la section Rdpc-Mifi centre depuis 2007. Mais cela suffit-il face à l’administration centrale qui ne compte pas lâcher du lest malgré l’hymne entonné à la décentralisation ?

Joseph OLINGA N.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page