Ce camerounais de 17 ans trouve comment transformer le ‘Sissongo’ en papier

Economie

Le jeune Camerounais Frank Georgi Happi Djomkam a choisi de partager, le 30 avril dernier, les résultats de sa recherche avec le jury de l’institut Supérieur de Chimie et de Gestion (ISCG).

L’objet de la présentation du rapport de stage, de celui qu’on peut désormais compter parmi les étoiles montantes de la recherche scientifique au Cameroun a tenu en haleine, les membres du jury et l’assistance. Frank Georgi Happi Djomkam, étudiant en 2ème année a décidé de faire de la transformation du Cenchrus Purpureus communément appelé « Sissongo » en pâte à papier ; son sujet d’étude, en vu de décrocher le brevet de technicien supérieur ( BTS).

Il lui a donc fallu 10 minutes, pour démontrer à son jury, preuve à l’appui que ce processus est réalisable. Une innovation qui arrive à point nommé. Surtout lorsqu’ on connaît la quantité de bois abattu chaque année. 40% est réservé pour la confection du papier, car la demande est exponentielle.

Selon l’apprenant de l’ISCG de Yaoundé, qui a parfait ses recherches dans les laboratoires de l’Ecole Normale Supérieur de Yaoundé (ENS) ( un des plus équipés du pays), la fabrication du papier à partir du cenchrus purpureus pourrait réduire considérablement la déforestation au Cameroun.

L’étudiant de 2eme Année Chimie encadré par le Docteur Tchamgoué Joseph (chercheur au Laboratoire de Chimie de Substances Naturelles d’origine Végétale et Fongique de l’ ENS. Un jeune chercheur formé par UYI.); a promis de parfaire son produit et le processus de fabrication. A titre de rappel, les travaux du docteur Tchamgoué Joseph ont contribué à la valorisation de la flore végétale au Cameroun. Une dynamique que ce dernier entend inculquée à son protégé.

Une prestation qui n’a pas manqué de stimuler la satisfaction du fondateur de l’Institut Supérieur de Chimie et de Gestion de Yaoundé, Guy Guiffo Soh, « Je suis très satisfait de la prestation de mon étudiant. Au bout de deux années de formation», confie t-il, avant d’ajouter que « les produits de notre institut peuvent s’insérer facilement dans le monde professionnel soit en décrochant un emploi ou soit en créant une entreprise. Nous encourageons beaucoup les cerveaux qui sortent de notre écurie», conclue t-il.

L’ISCG a été fondé en 2011. C’est une Institution Privée d’Enseignement Supérieur (IPES) proposant les formations académiques, professionnelles et classes préparatoires aux cycles d’ingénieurs. On a ainsi le BTS Filière Métiers de la Chimie, BTS Filière Technologique et Industrielle Option Mines et Géologie Appliquée etc. Les formations sont ouvertes à partir des Terminales Scientifiques. Les titulaires d’un baccalauréat scientifique, d’un GCE Advanced Level et d’autres diplômes sont accueillis.

En adoptant le fruit de l’innovation développée par Franck Happi, l’Afrique en sortirait gagnant sur le plan économique et environnemental.

Tagged

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *