Société

Cameroun: Yolène Ngounou, la « femme-homme » du groupe Bolloré

Profil et parcours du chef délégué à la direction Solutions maritimes/Socopao/Bolloré Transport & Logistics.

Beaucoup d’encre a coulé sur son caractère. À 36 ans, la jeune dame marque par son franc-parler. Le détail n’a rien d’une coquetterie : une véritable tradition familiale qui continue aujourd’hui au sein du groupe Bolloré. Dans la boîte, elle a pu trouver sa voie, par le truchement d’un stage au service de groupage de Saga Cameroun, en mars 2004. Au quotidien, cette titulaire d’un brevet de technicien supérieur en commerce international étale toute sa valeur intrinsèque dans les missions qui lui sont assignées : Relance et gestion du transport, suivi du transport et traitement des litiges liés au transport des marchandises.
À force de travail, elle est affectée au service de la facturation comme assistance facturation et gestionnaire du compte comptant serval. Déjà, à Socopao (Société commerciale des ports de l’Afrique de l’Ouest), entité de Bolloré, elle gérait plusieurs dossiers : la mise en place d’une base de données clients comptant-import-export ; la reconstitution des relevés clients en collaboration avec le service de recouvrement ; la relance des clients et des impayés dans le compte comptant ; la déclaration et la réception de tous les litiges liés à la facturation ; la participation hebdomadaire, avec la cellule de litige, des transmissions aux gestionnaires de comptes des duplicatas justifiés et avoirs si nécessaire ; l’analyse balance serval comptant.

Fulgurance

De 2008 à 2009, son abnégation est consacrée par sa hiérarchie. Yolène Ngounou assiste le représentant de ligne dans toutes les tâches commerciales et opérationnelles à Afritramp. Grandissant en expérience, elle est à Mitsui Ask Lines, chargée des ventes export.
Cette ascension fulgurante est confirmée en décembre 2011. Cette année-là, elle est nommée chef de ligne maritime. En même temps, le travail gagne en intensité. Désormais, ses missions sont : la gestion et le contrôle des activités d’importation et d’exportation ; la gestion de tous les documents liés au transport des marchandises, des conteneurs de la flotte ; le suivi de la clientèle ; la transmission hebdomadaire des programmes de navires aux clients ; le suivi des cotations ; la production du rapport annuel lié aux activités de la ligne ; la gestion des factures de réclamation entre le client et la ligne. Elle sert en même temps d’interface entre le client local et le siège.
Toujours à Socopao, depuis octobre 2018, elle est chef de ligne à la direction des Solutions maritimes à Cosco Container Lines Co.Ltd. À ce titre, elle accomplit différentes tâches : participe à la définition de la politique commerciale de Cosco Shipping Lines ; fixe les objectifs et les axes prioritaires ; dirige et accompagne l’équipe customer et commerciale ; promeut l’image et la notoriété de la ligne ; supervise les activités opérationnelles et commerciales ; assure la veille sur les évolutions du marché et les offres de la concurrence, afin d’adapter en permanence les offres de la ligne ; procède au reporting hebdomadaire, mensuel et annuel à la ligne et à la direction.

Femme aussi…

À la question de savoir quel est le secret de sa réussite sur le plan professionnel, celle qui est à la fois mère et femme au foyer répond : « ce qui fait ma force et qui m’a marqué chez Bolloré, c’est l’esprit de famille. Ici, il y a des gens pétris d’expérience qui nous soutiennent, qui ont passé 20, 30 ans de service. On se sent vraiment en famille, on est bien entouré ». Et elle poursuit : « Après le travail, je deviens mère, ménagère et femme au foyer. Tout tient à l’organisation. Autant, je m’organise rigoureusement dans mon travail, autant je tiens mon foyer. Chez Bolloré, nous sommes des femmes-hommes, nous travaillons à toute heure ».
Avec un sourire qui ne cache point sa satisfaction, elle pense que: « la Journée internationale de la femme est une journée qu’on doit célébrer avec dignité. Cette journée nous rappelle le rôle de la femme avec grand F : femme-mère, entrepreneure, bayam-sellam. C’est une journée de réflexion sur la Femme, l’attention qui doit être la nôtre, les challenges qu’on peut mener pour avoir de plus en plus de femmes valables. Nous irons au défilé, mais sans déviance».

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Un commentaire

  1. Bonjour,

    Votre article est une insulte démesuré à l’egard de la femme en générale et de votre naïveté du rôle de la femme dans le monde du travail et dans la société.
    Utiliser des expressions discriminatoires tél que « femme-homme » pour vanter sommairement la réussite sociale d’une femme est une bêtise sociale qui n’a plus sa place dans une aire dans laquelle les mouvements sociaux pour les droits de femmes, l’égalité dans le milieu de travail et la lutte contre toutes formes de discrimination à l’egard des femmes ont largement contribué et continue de mettre en avant les droits et le ripe de la femme dans nos société tant bien en occident que dans les pays au valeurs sociales les plus radicales de notre planète.
    Ce femme que vous descrivez dans votre article est l’image de la femme moderne de notre aire. Elle jouit de ce privilège parce que des luttes sociales soutenues par des femmes ont permis de mettre en place des structures lui permettant de mettre en avant son potentiel et conforter encore plus cette volonté d’une societe dans laquelle aucune forme de discrimination envers les femmes n’est acceptée ou du moins ne passe inaperçue.
    C’est peut-être la réalité de votre pays mais sachiez qu’ une femme épanouit, intelligente, instruite, libre, entrepreneuse, de carrière, avec beaucoup de réussite est comme le dirait très bien certain est: « Une FEMME » et non une « femme-homme ».
    Aucune personne en occident ne tolérerait une tel bêtise, encore moin les femmes qui pendant des générations ont lutté pour leur droits et continuent de le faire afin que les générations futures (filles, femmes, épouses, divorcées, mariées, mères, grandes-mères, prostituées, lesbiennes, etc..) jouissent d’une liberté 🗽 qui leur permettent d’affirmer pleinement leur droit, une liberté qui prône pour l’égalité entre l’homme et la femme et au delà de toute autre aspects non cités ici, une liberté qui brisent toutes les barrières discriminatoires qui continuent de limiter la femme.
    On est par une « femme-homme » au travail, on est juste une « femme » ou un « homme ».
    Merci,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer