Cameroun : Visite du Premier Ministre Meeting couru à Bamenda

Dion Ngute à Kumba

Contrairement aux injonctions des groupes rebelles, qui ont demandé aux populations de boycotter la cérémonie prévue au Commercial Avenue, la tribune était pleine.

Difficile de savoir comment ils s’y sont pris pour arriver à la place des fêtes de Bamenda. Le moins que l’on puisse dire est que le meeting tenu par le Premier ministre à Bamenda hier, mercredi 6 octobre 2021, a drainé une foule jamais égalée depuis quatre ans. Contrairement aux habitudes, la tribune officielle d’une capacité estimée à 1000 places, était pleine. Les alentours étaient également occupés par des personnes de tout âge, préoccupées de suivre la bonne nouvelle apportée par le Chef du gouvernement, dont l’arrivée la veille dans la région du Nord-Ouest a été perturbée par des tirs de coups de feu. « Nous ne sommes pas des militants du parti au pouvoir. Le Premier ministre est venu collecter nos avis pour la sortie de crise. Je suis venu suivre ce qu’il apporte », justifie Philip Musa, un conducteur de taxi. « La crise a assez duré. Même le gouvernement est conscient qu’au lieu de l’accalmie tant souhaitée, les sécessionnistes se sont réorganisés. Ils sont devenus plus fins dans leurs manœuvres », déroule une fonctionnaire, venue aux nouvelles.

Lors de son allocution de circonstance, le Dr Joseph Dion Ngute a surtout cherché à rassurer les populations sur le fait que, l’Etat ne les a pas abandonnées. Sur l’état de la route Babadjou-Bamenda et la voirie urbaine de la ville d’accueil, fortement dégradée, il a assuré que des dispositions ont déjà été prises pour le lancement imminent des travaux. De toutes les façons, ces routes seront prêtes avant son prochain passage dans la région. Identique pour le stade municipal de Bamenda dont une autre équipe vient d’accéder au championnat Elite Two. Il a également voulu restituer la vérité historique sur la prétendue filouterie dont le Cameroun occidental aurait été victime en 1961, lors de la réunification à problème. Pour dire que le Southern Cameroon n’avait pas la possibilité électorale de devenir indépendant comme le clament les séparatistes mais uniquement de se rattacher au Nigeria ou au Cameroun oriental. Les archives sont claires sur la question, a-t-il précisé. Il a rendu un vibrant hommage au cardinal Christian Tumi, de regrettée mémoire, pour son implication dans la sensibilisation de la jeunesse, laquelle a conduit à la reddition de plusieurs centaines d’entre eux. Il a invité ses homologues à faire de même, pour privilégier le dialogue. « Il faut défier la peur », a-t-il recommandé aux populations venues l’écouter. Pour le Premier ministre, le premier ennemi actuel des populations, c’est la panique installée dans les consciences. Débutée mardi, la visite de travail s’est poursuivie avec des audiences accordées aux forces vives de la région, constituées en délégations.

F. K., 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *