Cameroun – Visite de François Hollande: Dans les secrets du tête-à-tête entre les deux Présidents

D’après des sources bien informées, les discours devant les médias sont souvent très loin de la vérité crue qui s’échange entre des hautes personnalités. Dans le cas de la dernière visite, certaines informations font état de vérités inédites qui ont en partie été dévoilée devant médias par les deux chefs d’Etats mais pour les autres votre journal a enquêtée et dévoile plusieurs révélations.
Le Chef de l’Etat Français, S.E François Hollande vient de boucler une courte visite en territoire camerounais. Le Cameroun ou l’escale Cameroun qui avait été prévue dans l’agenda du Chef de l’Etat français avait plutôt été négociée au forceps par la diplomatie camerounaise avec des arcanes bien connues qui semble-t-il n’ont épargné des francs Cfa aussi rares que la recherche du mercure en Algérie.
D’après plusieurs sources, c’est par le truchement de Laurent Fabius que tout va se ficeler. L’actuel Ministre des Affaires Etrangères et du développement international, invité au Cameroun quelques mois auparavant fera la proposition à son Président de faire une escale technique en terre camerounaise avant son départ pour l’Afrique après des visites programmées au Bénin, en Angola et en Algérie. Nos sources affirment également que c’est en toute connaissance de cause que la diplomatie camerounaise, certes en baisse de côte devant celle française, va user de tous les subterfuges pour convaincre d’accepter d’accueillir les délégations françaises malgré la forte animosité constatée envers les ressortissant français et la France toute entière. Cette diplomatie qui va utiliser plusieurs arguments pour convaincre le « comité d’organisation « du voyage d’Etat de François Hollande » de faire un escale en terre camerounaise réussira à transformer l’escale technique du départ en une brillante visite d’Etat annoncée par tous les organes de presses du Cameroun. La vérité d’une visite d’Etat bien camouflée par le maquillage d’un malaise au Sommet de l’Etat qui va se faire sentir dans le tête-à-tête entre les deux Chefs de l’Etat et ensuite au cours d’un point de presse truffé d’échanges de « civilités » ou de « combats » muets entre les deux Présidents des républiques.
Loin de cette roublardise diplomatique, de la part du Cameroun, nos sources continuent par nous affirmer qu’après avoir promis d’en parler au Chef de l’Etat français de cette escale camerounaise et de confirmer de s’y arrêter, S.E François Hollande va déployer les services de renseignements français au Cameroun pour jauger du pouls qui y règne. Des hommes et femmes insoupçonnables vont ainsi pulluler dans la capitale camerounaise afin de faire en coulisse une enquête propre sur les attentes des Camerounais et la perception des relations entre les deux pays. D’un autre côté, la flagornerie récurrente des services de renseignement camerounais vont également s’atteler à arranger les rapports à présenter au président français non sans oublier s’amasser dans les rues des charters de camerounais venus d’ailleurs pour présenter les bonnes relations entre les deux pays. Résultats des courses, un bulletin « rouge » va être élaboré et rédigé par les services de renseignements français stipulant que les camerounais avaient uns perception amère des initiatives françaises au Cameroun. Sentiment fortement entretenu par le casting des invités qui vont pulluler sur les plateaux de radios et télévisions et les rendus dans les organes de presse écrite après l’annonce de la visite de François Hollande au Cameroun. En jugeant ces menaces de possibles, les services de renseignement français vont estimer qu’ils n’était possible de prolonger le séjour de leur Chef de l’Etat de plus de 24heures au risque de le voir criblé d’abcès et de tous maux mystiques qu’avait promis les Camerounais de plusieurs bords sociaux. Des promesses venues de rituels magico-mystiques voulait se pratiquer à la seule évocation d’une nuit passée en terre camerounaise. Possibilité non négligée par les services de renseignement français car ne dit-on pas que le chien est fort chez lui ? Si à sa levée de lit, le Président Français était attaqué de maladies inconnues que devait expliquer le Cameroun ?

[b]Dans les coulisses des têtes-à-têtes[/b]
Aujourd’hui si la visite « officielle » s’est achevée avec la signature de plusieurs accords de partenariats entre les deux pays, il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui nos sources affirment d’un entretien entre les deux Chefs de l’Etat tendu et plein de contre-vérités que chacun aura livré à l’autre. Relation tendue qui va se poursuivre à la résidence de France au moment où il fallait recevoir plusieurs membres de partis politiques camerounais y compris le RDPC.
Pour commencer, nos sources dévoilent aujourd’hui que lorsque les deux Chefs de l’Etat vont se retrouver S.E Paul Biya qui était celui qui va recevoir commencera par vanter l’excellente relation entre les deux pays qui va très vite être stoppée par S.E François Hollande qui va brandir un bulletin de renseignement de ses services de renseignement venus baliser le terrain avant son arrivée. Ce qui va rendre froid les prochaines échanges. Ensuite, les problèmes de succession à la tête de la république prendront le pas et nos sources précisent que le Chef de l’Etat Camerounais en grand stratège va assurer de la mise prochaine sur pied du Conseil Constitutionnel garant de l’actuelle jurisprudence entretenue en cas de vacance sur l’organe habileté à proclamer les résultats. Enchainant avec les promesses, le Président camerounais va alors accélérer en invitant officiellement son homologue de France à entrer dans la guerre pour renforcer l’efficacité de la coalition dans ce conflit. Promesse politique sera donnée alors qu’en coulisse le Cameroun se vante d’avoir une longueur d’avance dans ce conflit depuis des mois avec une aide importante et technologique des USA, de la Chine et de la Russie sur le terrain. Ce qui permet de mettre à chaque fois en déroute les incursions des activistes de Boko Haram.
La France, jugée sous cape de « traitre » avec un renseignement jugé « retardataire » et « inutile » par plusieurs hauts gradés de l’armée qui pensent qu’il y aurait mauvaise volonté de la part des compatriotes de François Hollande à permettre de lutter efficacement contre ces bandits ; se verra ainsi, lors de ce volet « sournoisement » mis à l’écart. Mais ce sera sans compter sur l’usure de l’aide des autres alliés. Que pensez de la présence désormais renforcée des bâtiments de guerre et des troupes françaises dans la sous-région ? Le Cameroun pourra-t-il toujours jouer au malin dans cette coopération multilatérale ? L’avenir nous dira.
Après l’enchainement connu désormais par les deux Chefs de l’Etat à savoir un point de presse juste après et un toast qui verra la participation de plusieurs partis de l’opposition et malheureusement sans le MRC, le Président Français va laisser son homologue camerounais pour se rendre à la résidence de France où plusieurs autres invités l’y attendaient.
Dans ce milieu plus favorable, S.E François Hollande recevra des documents remis par le Président national du MRC, Pr Maurice Kamto. Actuellement véritable adversaire politique de Paul Biya, le Professeur désormais adoubé par la majorité écrasante des chancelleries résidentes au Cameroun tient aujourd’hui à cacher la quintessence de ce document qui dévoile des secrets inédits. En guise de riposte muette à : « Ce n’est pas qui veut qui reste au pouvoir mais qui peut », S.E François Hollande va revenir de ses entrevues avec le document en main pour montrer qu’il n’attendrait pas une nouvelle « roublardise » de la part du pouvoir d’Etoudi qui avait su tromper Nicolas Sarkozy du temps où il trônait à la tête de la république.
De l’avis d’experts avertis, la fin de règne de S.E Paul Biya à la tête du Cameroun pourrait afficher une détérioration avenir dans les relations entre les deux pays si rien n’est enclenché pour régler le problème de succession. Des dignitaires aujourd’hui incarcérés ont très certainement balisé le terrain afin que la jeune-garde se prépare. Mais dans le contexte actuel d’une crise économique que connait le Cameroun avec l’entretien d’une guerre muette et couteuse, que vaudrait l’affront du régime d’Etoudi envers la France ? Très certainement des complications que seul le commun des camerounais constatera dans sa vie quotidienne qui pourra comme le souhaite aujourd’hui plusieurs puissances aboutir aux troubles sociaux qui poussera le Chef de l’Etat à prendre une décision à « l’Ahidjo » où à la « Mobutu » pour éviter de se faire prendre comme Laurent Gbagbo. Affaire à suivre.

[b]Yannick Ebosse[/b]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *