Cameroun – Viabilité de Camair-Co: L’ouverture du capital s’impose

Camair-co du Cameroun

Les capitaux privés doivent intervenir pour sauver ce qui reste de la compagnie nationale e transports aériens.En novembre 2011, Mathijs Boertien, directeur des opérations de Camair-Co, expose les dérives managériales de son compatriote Alex Van Elk, au conseil d’administration Dans sa correspondance, il dénonce la mauvaise gestion de l’entreprise, le manque de structure organisationnelle, l’absence de visibilité managériale. Aussi conclut-il dans sa lettre, si rien n’est fait dans l’urgence, l’entreprise va couler, d’autant plus que les capitaux propres négatifs de la compagnie plafonnent à 10 milliards de Fcfa.
Pour redresser la barre, il élabore un plan de relance de Camair-Co en une dizaine de points : paiement en urgence de la dette, restructuration de l’entreprise, mise sur pied de nouveaux centres de profits, c’est-à-dire un nouveau centre de maintenance, une école de formation des pilotes localement, création d’une unité cargo et l’internalisation des opérations sol. En plus de ces aspects, celui qui est devenu le nouveau directeur général, entend également redimensionner la flotte en remplaçant la Dja (Boeing 767-200) par un avion plus moderne, procéder à l’acquisition d’aéronefs moyens courriers adaptés aux lignes intérieures et internationales.
Dans la foulée, l’on indique qu’une assemblée générale devrait se tenir pour ouvrir le capital de l’entreprise, une option prévue dans le décret qui crée la société. Mais, des préalables doivent être respectés. Car, l’entreprise vit uniquement des subventions de l’Etat, et ploie sous le poids d’un endettement endémique qui plombe sa capacité à concurrencer les autres compagnies aériennes continentales. «Il est prévu dans le décret qui crée la compagnie, que 51% du capital soient détenus par un actionnaire privé ; mais pour que cela se fasse, il faut que l’entreprise se porte bien. Ce qui n’est pas le cas en ce moment avec tout ce qu’elle a comme problème», explique-t-on au sein de la compagnie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *